Strauss-Kahn et Diallo aurait conclu un accord financier d'un montant de 6 millions de dollars

JUSTICE La somme, révélée par «Le Monde» a été qualifiée d'information «erronée et fantaisiste» par les avocats de DSK...

Philippe Berry et N. Bg.

— 

Dominique Strauss-Kahn au Forum économique de Yalta, en Ukraine, le 14 septembre 2012.
Dominique Strauss-Kahn au Forum économique de Yalta, en Ukraine, le 14 septembre 2012. — Efrem Lukatsky/AP/SIPA

DSK en a presque fini avec la justice américaine. L'ancien patron du FMI et Nafissatou Diallo, la femme de chambre du Sofitel qui l'accusait d’agression sexuelle, auraient trouvé un accord pour régler la procédure civile à l'amiable, selon des sources judiciaires du New York Times et de l'agence AP.

Selon les information du Monde, les deux parties se seraient entendues sur le versement par Dominique Strauss-Kahn de 6 millions d'euros (4,6 millions d'euros) dans le cadre de cet accord financier. Le quotidien précise que la moitié de la somme devrait être empruntée par DSK à son ex-compagne Anne Sinclair, et l'autre moitié viendrait d'un emprunt bancaire.

Démenti des avocats de DSK

Les avocats de l'ancien chef du FMI ont réagi à ces révélations, les qualifiant d'«erronées et fantaisistes».

Les détails ne sont pas connus et l'accord n'a pas encore été signé, selon les médias américains. Strauss-Kahn et Diallo devaient comparaître devant une cour du Bronx la semaine prochaine.

Compensation financière

Aux Etats-Unis, dans de telles affaires, un règlement à l'amiable implique en général une compensation financière versée contre une interdiction de parler aux médias.

Diallo accusait Strauss-Kahn de l'avoir agressée dans sa chambre d'hôtel. Ce dernier avait reconnu un rapport sexuel, mais a toujours affirmé qu'il avait été consenti. Au pénal, le procureur avait décidé de laisser tomber la procédure car la femme de chambre avait menti à plusieurs reprises, notamment lors de son arrivée sur le territoire américain, en inventant un viol pour décrocher l'asile politique. Son avocat avait alors enclenché une procédure au civil, cherchant à obtenir des dommages financiers.