Le procès d'Eric Raoult pour violences conjugales reporté en février

JUSTICE Le maire UMP du Raincy (Seine-Saint-Denis) et ancien ministre de la Ville est accusé par sa femme, dont il est séparé...

Vincent Vantighem

— 

Eric Raoult. maire UMP du Raincy.
Eric Raoult. maire UMP du Raincy. — WITT / SIPA

«Si c’est pour assister à mon lynchage féministe, ce n’est pas encore le moment! Attendez le début de l’audience...» Contacté jeudi par 20 Minutes, Eric Raoult, le maire (UMP) du Raincy (Seine-Saint-Denis) n’a pas voulu s’étendre sur l’affaire qui doit le conduire devant le tribunal correctionnel de Bobigny. Après deux plaintes de sa femme pour «violences sur conjoint», il devait être jugé à 13h devant la 16e chambre du tribunal correctionnel, mais son procès a finalement été reporté au 7 février. Eric Raoult a été hospitalisé ce vendredi matin pour «des problèmes de santé», a indiqué son avocate à l'AFP

«Je ne l’ai jamais frappée»

Agé de 57 ans, l’ancien ministre de la Ville (1995-1997) est accusé par son épouse, dont il est séparé, d’avoir commis des violences entre le 1er décembre 2011 et le 31 janvier 2012. Il doit aussi comparaître pour «menaces en vue de déterminer une victime à ne pas porter plainte ou à se rétracter». Placé en garde à vue à deux reprises en octobre, Eric Raoult a toujours nié les faits qui lui sont reprochés, expliquant qu’il s’agissait d’une affaire de divorce qui s’envenime. «Je l’ai insultée, c’est vrai. Mais je ne l’ai jamais frappée», nous a-t-il répété jeudi.

Contactée, Corinne Raoult, la plaignante, n’était, elle, pas joignable. «Je ne veux pas salir mon mari qui reste toujours mon mari. La plainte a été déposée, mais je ne fais pas de ma vie privée un fonds de commerce, un sujet médiatique…» avait-elle confié au Parisien, en octobre. Eric Raoult encourt une peine de trois ans de prison et 45.000 euros d’amende.

Elections

Eric Raoult a perdu son siège de député lors des élections législatives de juin dernier. «Fatigué», selon lui, il avait eu, peu après, un accident vasculaire cérébral (AVC) dans son bureau en mairie et avait dû être conduit d’urgence à l’hôpital.