La Ville de Paris acquiert les archives photographiques de «France Soir»

Sipa

— 

La Ville de Paris a acquis le fonds photographique du journal France-Soir, quotidien historique dont la liquidation judiciaire a été prononcée le 2 juillet dernier, a-t-on a appris ce mardi auprès de l'Hôtel de Ville.

L'acquisition porte sur le fonds photographique couvrant principalement la période des années 1980 à 2000. Elle a été opérée par le biais d'un préemption de l'État pour le compte de la Ville, précise la Mairie de Paris dans un communiqué.

Un million de clichés déjà acquis en 1987

Interrogé ce mardi soir par Sipa, l'Hôtel de Ville expliquait que le rachat état bien validé, sans toutefois pouvoir en communiquer le montant global. En vertu d'une loi sur la protection du patrimoine d'archives l'État a la possibilité en France d'acquérir des œuvres dont il estime qu'elles doivent être protégées, au bénéfice du bien public.

Le fonds photographique acquis par l'Hôtel de Ville viendra enrichir un autre fonds de France-Soir, acquis en 1987 par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, quand le journal fondé en 1944 quittait ses locaux de la rue de Réaumur, au cœur de la capitale.

Ce premier fonds, constitué de près d'un million de clichés, de plaques de verre, de négatifs et d'épreuves de presse couvre la période allant de 1930 à 1980. Il comprend à la fois les archives de Paris-Soir (1929-1944) puis France-Soir, fondé à la Libération par d'anciens chefs résistants et relancé en 1949 par Pierre Lazareff, à une époque où Paris a compté jusqu'à une dizaine de quotidiens dont certains publiaient plusieurs éditions par jour.

«Place majeure occupée par ce grand quotidien»

L'acquisition des clichés par la Ville «permet d'éviter la dispersion du fonds et de reconstituer l'intégrité des archives du journal, qui seront réunies, conservées et traitées par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris», souligne la Mairie de Paris dans un communiqué.

Le fonds acquis concerne «tous les domaines, de la vie politique, culturelle et sportive des dernières décennies du XXe siècle et témoigne de la place majeure occupée dans la vie des médias par ce grand quotidien aujourd'hui disparu», précise l'Hôtel de Ville en référence au quotidien historique.