Sciences Po Paris: La Cour des comptes va dévoiler son rapport

GESTION La Cour des comptes a enquêté pendant dix mois sur des dérives de gestion de l'Institut d'études politiques de Paris...

© 2012 AFP

— 

Le rapport de la Cour des comptes arrive près de huit mois après la mort brutale de l'ancien directeur Richard Descoings, le 3 avril à New York, et trois semaines après la désignation de son successeur, Hervé Crès, administrateur provisoire.
Le rapport de la Cour des comptes arrive près de huit mois après la mort brutale de l'ancien directeur Richard Descoings, le 3 avril à New York, et trois semaines après la désignation de son successeur, Hervé Crès, administrateur provisoire. — Thomas Samson afp.com

La Cour des comptes, qui a enquêté pendant dix mois sur des dérives de gestion à Sciences Po Paris (Institut d'études politiques de Paris) sous l'ère Richard Descoings, dévoile ce jeudi son rapport dont les conclusions pourraient aboutir à d'éventuelles poursuites.

Les Sages de la rue Cambon, qui présenteront le rapport à 10h, ont enquêté de septembre 2011 à juin 2012 sur la gouvernance de Sciences Po et les modalités de gestion entre 2005 et 2010. La Cour a également lancé «une instruction complémentaire» pour «analyser la pertinence d'éventuelles poursuites», affirmait fin octobre Le Monde.

Successeur de Descoings

Les principales critiques portent sur les «dysfonctionnements» (super-bonus des dirigeants, enseignants invisibles, logements de fonction...) dus essentiellement à un manque de contrôle interne et externe. Elles sont connues depuis juillet et des fuites du rapport intermédiaire dans la presse.

Le rapport arrive près de huit mois après la mort brutale de l'ancien directeur Richard Descoings, le 3 avril à New York, et trois semaines après la désignation de son successeur, Hervé Crès, administrateur provisoire. Mais sa désignation est suspendue au feu vert de François Hollande et de la ministre de l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso, qui attendent la publication du rapport.

Audition à l'Assemblée nationale

Le Conseil d'administration de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP, qui gère Sciences Po) puis le Conseil de direction de l'Institut de Sciences politiques (IEP) de Paris ont proposé le nom d'Hervé Crès, considéré comme le candidat des présidents des deux instances, l'économiste Jean-Claude Casanova et le banquier Michel Pébereau.

Cette procédure inédite a été critiquée pour son «opacité» par certains des 24 candidats, des syndicats, l'Unef, et des membres des personnels, notamment des chercheurs. S'il y a des poursuites, la question est de savoir si elles concerneront Hervé Crès, numéro deux depuis 2008. Jeudi à 11h, Jean-Claude Casanova et Michel Pébereau seront auditionnés par la commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale.