Affaire Chloé: L'adolescente a été enlevée devant chez elle, selon ses parents

ENLEVEMENT La jeune fille, retrouvée vendredi saine et sauve dans un coffre de voiture en Allemagne, n'a «pas été frappée»...

Sipa

— 

La fin du calvaire pour Chloé. Les parents de l'adolescente, retrouvée vendredi en Allemagne dans le coffre d'une voiture, ont pris la parole devant la presse, samedi, pour évoquer les circonstances de l'enlèvement et l'état de santé de leur fille. «Chloé voulait se présenter à vous ce soir pour vous remercier, mais elle est émotionnellement fatiguée», a déclaré samedi soir la mère de l'adolescente de 15 ans, rentrée dans l'après-midi dans son village de Barjac (Gard), huit jours après son enlèvement par un homme qui «errait dans la rue».

«Ça s'est passé devant notre porte»

Violette Rodriguez a souhaité devant la presse que «l'agresseur soit puni comme il se doit car la prochaine fois, il aura peut-être le geste irrémédiable». Elle a indiqué que sa fille était suivie par un psychologue qui déterminera dans quels délais elle pourra être entendue par la justice française.

«Elle dévoile peu à peu tout ce qu'elle peut. On la laisse parler mais elle n'a pas été frappée», a précisé son père Jésus Rodriguez, lors d'un point presse organisé par les parents à la salle des fêtes de Barjac. Ils sont rentrés en milieu d'après-midi avec leur fille, retrouvée vendredi, par hasard, dans le coffre de la voiture de son agresseur présumé, en Allemagne. «Ça s'est passé devant notre porte. Cet individu lui a demandé de le suivre et l'a prise par force. Ce monsieur devait errer dans la rue», a détaillé Jésus Rodriguez sur les circonstances de l'enlèvement de sa fille, le vendredi 9 novembre.

Son ravisseur bientôt extradé

Le ravisseur présumé a été placé sous mandat de dépôt sur l'ordre d'un juge allemand samedi matin. Un mandat d'arrêt européen (MAE) a été délivré à l'encontre de Kamel Bousselat, 32 ans. Son extradition en France, où une information judiciaire pour «enlèvement et séquestration» et «agression sexuelle» a été ouverte vendredi par le parquet de Nîmes, pourrait prendre plusieurs jours.

Originaire de Bagnols-sur-Cèze, Kamel Bousselat avait déjà été condamné pour des violences et des vols. Il avait été interpellé le 14 juin 2007 suite à une série de onze tentatives d'agressions sexuelles commises en une dizaine de jours entre le Gard et le Vaucluse.