Triple homicide dans une famille de Vienne

FAITS DIVERS Une femme de 26 ans et ses deux enfants ont été retrouvés morts dans un appartement...

Elisa Riberry-Frisullo

— 

Les pompiers ont retrouvé les cadavres d’une mère et de ses deux enfants  ce jeudi matin à Vienne, dans l’Isère. Le 15 novembre 2012.
Les pompiers ont retrouvé les cadavres d’une mère et de ses deux enfants ce jeudi matin à Vienne, dans l’Isère. Le 15 novembre 2012. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

La nouvelle de la macabre découverte s’est répandue très vite dans le quartier des Portes de Lyon à Vienne. Vers 10h30 jeudi, le corps d’une petite fille de 3 mois a été retrouvé dans un réfrigérateur, celui de sa sœur de 5 ans dans un congélateur dans un appartement situé rue Francisque-Bonnier. Les pompiers et policiers, alertés par la grand-mère maternelle inquiète d’être sans nouvelle de sa fille, ont également découvert la mère de famille de 26 ans, gisant, morte, dans une marre de sang, derrière le canapé.

«Cette jeune femme, comme ses enfants tués depuis quelques jours selon les premières investigations, «présentait un certain nombre de blessures à l’arme blanche», a indiqué Jean-Yves Coquillat, le procureur de la République de Grenoble, précisant que son corps, transporté avec celui des enfants à l’Institut médico-légal de Lyon, serait autopsié vendredi.

Le père du bébé connu pour des faits «de violences conjugales sur sa compagne

Selon le parquet, le compagnon de la mère et père du bébé était toujours activement recherché à 20h jeudi par la Direction interrégionale de Lyon, chargée de cette enquête pour «homicide volontaire aggravé». Cet homme de 26 ans a été condamné cette année pour des faits «de violences conjugales sur sa compagne, précise Jean-Yves Coquillat. Son témoignage va être intéressant».

Dans le quartier, où les boutiques ont dû fermer une partie de la journée, riverains et commerçants étaient sous le choc. «Cette jeune mère venait régulièrement acheter son pain chez-moi. Cela fait une bonne semaine que je ne l’avais pas vue. C’est dramatique ce qui c’est passé», confie Madeleine, dont la boulangerie jouxte les lieux du drame.