Vous avez interviewé le député socialiste Jean-Marie Le Guen

VOS QUESTIONS Le député socialiste a répondu à vos questions...

Cédric Garrofé

— 

 Jean-Marie Le Guen, député PS de Paris
 Jean-Marie Le Guen, député PS de Paris — V. WARTNER / 20 MINUTES

[Le chat est terminé] 

J’ai été très heureux de ce contact direct et interactif avec vous grâce à 20minutes.fr. Vos questions variées ont permis un échange constructif. Je vous invite à poursuivre le débat sur mon site participatif. Vos questions m’importent, elles témoignent de vos préoccupations. Dans leur diversité, elles montrent aujourd’hui la responsabilité du politique. Il y a chez vous une forte attente et je m'efforcerai de ne pas la décevoir. Je veux être digne de la confiance dont vous m’avez témoignée.

Bobby Bob: Vous soutenez depuis plusieurs années les acteurs de la réduction des risques pour l'expérimentation des salles de consommation à moindre risque. La Ministre de la santé se dit aujourd'hui favorable aux expérimentations dans plusieurs grandes villes. Combien de villes sont concernées et quand va débuter ces expériences ?
Je ne peux vous répondre précisément, n’étant pas en charge du dossier au plan national. Il s’agit dans un premier temps d’expérimentations. Il faut donc s’attendre à trois ou quatre localisations de façon à pouvoir progresser de façon pragmatique.
 
kingofthebongo: Comment expliquez vous, que lors d’une consultation, les parisiens se sont majoritairement déclarés contre la construction de tours, la Mairie a décidé le projet pharaonique de la tour pyramide?
Je ne connais pas la consultation dont vous parlez, même si je sais que beaucoup de Parisiens sont réticents. Pour ma part, je ne suis pas favorable à une vision dogmatique. La construction de tour doit être analysée selon son usage, sa localisation et la qualité du projet. Vous parlez peut-être de la Tour Triangle, je ne suis pas sûr que ce projet a, à l’heure actuelle, trouvé son équilibre économique.
 
Flutayae: Bonjour. Vous lancez votre site internet concernant Paris. Ma question est simple : Pourquoi, à quoi va-t-il servir?
Ce sera une plateforme d’échanges ouverte à tous sur laquelle, chaque semaine, je ferai des propositions concrètes sur lesquelles nous pourrons débattre librement. Il y aura également des témoignages, des paroles d’experts, d’élus et d’autres ressources pour enrichir le débat. Je veux permettre la participation de tous sur ce débat majeur qu’est la construction du «Grand Paris». 
 
Dom31: Êtes-vous vous pour ou contre la légalisation du cannabis?
Le cannabis, licite ou illicite, est une drogue qui pose de graves problèmes de santé publique, en particuliers chez les jeunes. Sa consommation doit donc être combattue. La pénalisation et la répression, non pas sur le trafic mais sur la consommation, a-t-elle donné satisfaction pour cet objectif? A l’évidence non. Faut-il pour autant autoriser et lever l’interdit? Je ne le crois pas.
 
Lounel: Le déficit de la Sécurité sociale dépasse les 14 milliards d'euros. Est-il vraiment possible selon vous de le réduire, sans soigner moins bien les Français? Ce n'est pas avec de mesurettes comme une taxe sur les bières ou le tabac qu'il va y arriver...
Pour une bonne gestion, il n’y a pas de mesurettes, il n’y a que des mesures justes qui contribuent à améliorer la situation. Le déficit actuel est pour l’essentiel lié à la faiblesse de la croissance et donc des recettes de la Sécurité sociale. C’est donc sur ce terrain qu’il faut agir. Néanmoins, nous devons dépenser mieux et plus justement.
 
Julie: Comment lutter enfin efficacement contre les déserts médicaux?
Vous avez raison, les déserts médicaux doivent être la priorité d’une politique de santé publique. Ils vont continuer à progresser sous le coup de la chute de la démographie médicale et de l’inadaptation croissante de notre modèle traditionnel de médecine libérale. Il faut changer complètement le modèle (travail collectif, paiement à l’acte, transfert de tâches et de compétences).
 
tempsdur: Pourquoi ne pas délocaliser les ministères dans des villes de Province qui meurent, faute d'activité? 
Je ne crois pas que l’on puisse dire que le développement de la métropole parisienne se fasse au détriment de la Province, comme on le disait il y a 50 ans. Une région capitale plus dynamique c’est plus de richesse et plus de croissance pour l’ensemble de notre pays. La réforme de l’Etat devra alléger le poids des administrations centrales. Mais sachez que je suis favorable à ce que des ministères, y compris les bureaux des Ministres, soient localisés en banlieue.
 
kingofthebongo: Comment expliquez-vous que Paris soit devenu aussi sale? 
Sans doute une responsabilité collective. Les parisiens font parfois preuve d’un manque de civisme. Sans doute, faudrait-il aussi d’une part donner aux maires des arrondissements une plus grande responsabilité dans la gestion du service du nettoiement et déployer les personnels de la ville compétents vers ces tâches.
 
pepete64: Vous avez déposé récemment un projet de loi visant à supprimer certains ordres paramédicaux. Ne croyez-vous pas que ces ordres existent afin de pouvoir, non seulement, régir les professions paramédicales mais également de lutter contre certains personnes néfastes et donc ainsi protéger le patient?
Je ne pense pas qu’un ordre, c’est à dire, une structure supplémentaire et coûteuse soit nécessaire.
 
Michel: J’habite au quartier de la Goutte d’or et recherche un emploi dans le domaine du marketing. Que peut faire Le «Grand Paris des citoyens» pour le développement économique?
Dans votre question, je vois deux interpellations. La première, celle des perspectives du développement économique de la région capitale : le dépassement des frontières administratives est un levier de croissance considérable pour notre agglomération. Mais peut-être aussi voulez-vous aborder le problème des discriminations à l’embauche que nous devons combattre sans relâche, y compris, en luttant contre la ghettoïsation. Le «Grand Paris», c’est aussi la lutte contre les inégalités et les discriminations territoriales.
 
John: Vous lancez un appel pour un «Grand Paris des citoyens». C’est bien beau tout ça mais cela fait cinq ans que l’on entend parler du «Grand Paris», de «Paris métropole», d’ «Oser Paris». En quoi ce énième dispositif changera des autres? 

Ma démarche est participative. Elle n’est pas un dispositif entre élus. Elle donne la parole à tous les citoyens et vous avez raison, il ne faut pas simplement parler, il faut agir. Mieux encore, il ne faut pas que la parole, le colloque, etc. soient le paravent de l’inaction et de l’impuissance. C’est pourquoi, je veux que très rapidement, dans le cadre du «Projet de Loi de décentralisation», la loi fixe dès l’année prochaine le cadre d’un «Grand Paris» qui grâce aux élections de 2014 deviendra «le Grand Paris des citoyens». 

Abdel: Je suis un jeune entrepreneur dans l’import export. Mon métier me contraint comme de nombreux franciliens à prendre les transports en commun. Je mets 1h30 tous les jours pour rejoindre mon lieu de travail qui se trouve à Saint Ouen. Alors ma question est toute simple. Que peut faire le «Grand Paris des citoyens» pour les habitants de la banlieue comme moi ?
La situation des transports collectifs en Ile-de-France est l’une de mes premières préoccupations. Il faut, comme le demande la Région, accorder une priorité absolue à la rénovation des lignes RER existantes afin d’améliorer la qualité du service (confort, régularité, capacité, etc.). Il faut réaliser le Grand Paris Express en faisant la part des promesses irréalistes pour dégager de vraies priorités et améliorer le réseau francilien. 
 
Michel: Alors que beaucoup de salariés voient leurs salaires se bloquer ou baisser. Pourquoi autorise-t-on les propriétaires à augmenter tous les ans leur loyer?
Comme vous le savez, le gouvernement, comme je l’ai suggéré, propose un dispositif d’encadrement des loyers, notamment à Paris. Votre question pose un problème plus vaste. La rente immobilière est-elle suffisamment taxée dans notre pays? Comment éviter une pénurie de logements à Paris qui est la cause première du coût de l’immobilier et de l’augmentation des loyers?
 
Régis: Il y a une attente très forte a l'hôpital pour que nos salaires soient augmentés, les salaires n’ont pas suivi l’inflation, le gouvernement pense-t-il améliorer  les salaires des soignants?
Je comprends l’attente des personnels hospitaliers. Ils font un travail remarquable dans des conditions pas toujours faciles. Je souhaite que la négociation dans la fonction publique hospitalière puisse permettre des avancées dans un contexte de rigueur que chacun connaît. Il faut aussi trouver les moyens d’améliorer les conditions de travail et la qualité des soins à l’hôpital, notamment en relançant une politique d’investissement utile.
 
Muezzzin: Bonjour. Êtes-vous disposé à donner vos émoluments mensuels? Pourquoi ne pas les réduire afin de participer à la réduction de la dette de l'Etat. De même pourquoi le système de retraite de parlementaire n'est-il pas le même que celui de la majorité des Français? Merci
Mes émoluments sont connus, ils sont publics. Ils sont aujourd’hui limités à l’image des traitements de la haute fonction publique. L’Assemblée nationale a réduit son budget et notre système parlementaire est désormais aligné sur celui de l’ensemble des salariés du privé.
 
Delphine45: Vous êtes médecin de profession, quelle est votre position concernant la limitation des dépassements d'honoraire et la polémique actuelle?
Les dépassements d’honoraires ont pris une place trop importante dans la rémunération de certaines spécialités médicales posant ainsi un problème d’accès aux soins. La négociation actuelle a abouti à un encadrement que je considère comme une première étape. Il faut traiter ces questions avec sérénité sans mettre en accusation le corps médical qui, dans la plupart des cas, gère avec raison cette difficulté.
 
Djonson: Anne Hidalgo s'est déclarée, il y a un peu plus d'un mois, candidate à la mairie de Paris en 2014. N'est-il pas le moment, si vous souhaitez vous aussi le faire, de donner votre position là-dessus afin de, si vous souhaitez y aller, ne pas vous faire distancer?
Je crois pour ma part qu’il faut d’abord définir un projet avant de parler de candidature. Ne nous laissons pas entraîner dans une politique spectacle où la communication l’emporte sur le contenu. C’est pourquoi je lance aujourd’hui un site internet participatif (www.legrandparisdescitoyens.fr) où je formule des propositions concrètes et où chacun peut réagir, critiquer et proposer pour enrichir le projet.
 
Tite12: Lors des manifestations contre l'allongement de l'âge du départ à la retraite à 62 ans, les socialistes étaient dans la rue avec le peuple. Nous sommes oubliés sur ce sujet par le gouvernement et les socialistes. Pensez vous que cela va changer?
Tout d’abord, je vous rappelle que François Hollande a déjà respecté l’engagement qui était le sien, à savoir de permettre à nos concitoyens qui ont commencé à travailler très tôt et qui ont leurs annuités de partir à l’âge de 60 ans. Nous ne nous sommes jamais engagés, en tout cas ni François Hollande ni moi, sur l’idée du retour de la retraite à 60 ans pour tous. Ce n’est ni possible ni même souhaitable. Nous devons construire un autre rapport au travail et aux carrières qui permette l’épanouissement et l’activité de chacun. Le chômage des seniors est une situation inacceptable que les contrats de génération permettront de combattre.
 
nayali: Je souhaiterais avoir un avis ferme et définitif sur le devenir de l'ordre des infirmiers toujours rejeté par près de 80% de la population infirmière et dont les exactions à l'encontre de certaines infirmières libérales ne cessent de continuer. Quand aux IDE salariées, les établissements se plient à la contrainte de l'ordre dont les têtes pensantes sont souvent bien placées dans ceux-ci et poussent les IDE à adhérer sous la contrainte. Pouvons-nous espérer voir le gouvernement légiférer sur cette question?
Comme vous le savez peut-être, j’ai déposé une proposition de loi visant à supprimer l’obligation d’adhésion à certains ordres para--médicaux dont l’ordre infirmier. Marisol Touraine s’est engagée à présenter au Parlement des dispositions touchant à l’ordre infirmier allant dans le même sens.
 
Catycat: Vous critiquez souvent Bertrand Delanoë, alors que vous êtes pourtant son adjoint. Pourquoi? Trouvez-vous cela normal?
Je ne critique pas Bertrand Delanoë. Je suis soucieux du rassemblement de toute la gauche mais cela ne doit pas nous empêcher de réfléchir aux nouvelles étapes que la municipalité de gauche devra franchir et je fais des propositions. Je veux construire le Grand Paris, c’est un sujet qui fait débat mais dont personne n’a le monopole de l’expression.
 
@soussa2004 (Par twitter) - Êtes-vous favorable ou hostile au mariage homosexuel? Et concernant l'adoption?
J’ai été à l’origine il y a 20 ans de la première proposition de loi déposée créant le PACS. Je crois que cela a été une avancée considérable. Je suis aujourd’hui favorable au mariage pour tous ainsi qu’à l’adoption. 
 
Pievol: Bonjour. J'habite Paris depuis plusieurs années et je constate qu'il y a vraiment trop de circulation. Quel est votre avis? Que faire pour (enfin) régler ce problème.
Vous avez raison. Les embouteillages ont le double inconvénient de ralentir la circulation et de créer de la pollution. Il faut pour cela réduire l’utilisation de la voiture en diversifiant les modes de transport et de circulation.
 

------------------------------------------------

Présentation du chat:

Jean-Marie Le Guen est sur tous les fronts depuis la rentrée, après s'être notamment déclaré favorable à la taxation des bénéfices des industriels du tabac et demandé au gouvernement de légaliser les salles d'injection de drogue «de façon très encadrée» pour faire face à l'augmentation de la consommation d'héroïne à Paris.

Après avoir posé les prémices d'une candidature à la succession de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris en 2014, quelques semaines après l'entrée en campagne d'Anne Hidalgo, il lance ce mercredi «Le Grand Paris des Citoyens», un site Internet «participatif» pour faire vivre le débat au sein de la gauche et sur la vision du Grand Paris.