Moins d'accidents mortels en octobre

— 

Avec 55 tués et 5 571 blessés de moins sur les routes par rapport à l'an dernier, le mois d'octobre s'inscrit dans la droite ligne d'une baisse constatée depuis janvier. « Tous les clignotants sont au vert », se réjouit Frédéric Péchenard, délégué interministériel à la Sécurité routière. « La communication et la mobilisation constante portent leurs fruits. Plus on a l'attention des gens, plus on constate une amélioration des comportements. »
Présidente de la Ligue contre la violence routière, Chantal Perrichon atténue cet élan d'optimisme : « C'est une excellente nouvelle, mais les autorités ne peuvent être dupes, elles ne sont pour rien dans cette baisse. A mon sens, elle est une simple répercussion de la crise économique : les gens roulent moins et moins vite pour consommer moins de carburant. Avec moins de monde sur les routes, il y a une répercussion positive sur le nombre d'accidents. »

Radars et alcool
Tous deux partagent en revanche un même enthousiasme quant à la résurrection du Conseil national de la sécurité routière le 27 novembre prochain, après une mise en sommeil de quatre ans. « Cela permettra de garantir une cohérence en matière de prévention », assure Chantal Perrichon. Pour ce cortège d'une cinquantaine d'experts, qui sera associé à l'élaboration de la politique publique, les premières priorités devraient être l'évaluation des radars pédagogiques et l'alcool, première cause de mortalité sur les routes.
Julien descalles