Perturbations à la SNCF: Deux agents de conduite agressés mercredi soir

TRANSPORTS Le ministre délégué aux Transports a déploré la violence qui a suivi le blocage du trafic...

C.C. et E.O., avec Sipa

— 

La gare du Nord, à Paris, le 8 novembre 2012.
La gare du Nord, à Paris, le 8 novembre 2012. — T.SAMSON / AFP

Deux agents de conduite ont été agressés par des voyageurs énervés par les perturbations qui ont eu lieu sur les RER et Transiliens d’Ile-de-France mercredi soir, a indiqué ce jeudi Frédéric Cuvilier, le ministre délégué aux Transports, dans un communiqué. L’un des deux a dû être hospitalisé, a-t-il précisé.  

«Frédéric Cuvillier condamne cette violence et exprime sa solidarité à la fois aux agents de conduite et aux passagers ayant vécu ces heures difficiles», ajoute le communiqué. Le ministre «demande au président de la SNCF, Guillaume Pépy, de lui adresser rapidement un rapport détaillé sur les faits».

Un syndicat de conducteurs de train demande «des mesures d'urgence»

«En particulier, il demande à la SNCF, à RFF et à l'EPSF (Établissement public de sécurité ferroviaire) de lui adresser rapidement des propositions détaillées pour faire évoluer les "alertes radio" en zone de trafic ferroviaire dense, afin que soit trouvé un équilibre dans les définitions des règles alliant la nécessaire sécurité de chacun et la meilleure continuité du service», poursuit le texte.

La FGAAC-CFDT, syndicat de conducteurs de trains, s'est émue dans un communiqué de ces agressions. «Les conducteurs de trains, souvent seuls représentants visibles de l’entreprise sont pris pour cible, cela est intolérable», écrit-elle. «Nous demandons prestement aux pouvoirs publics de vite réagir pour faire cesser ces agressions», poursuit la FGAAC-CFDT, qui estime que des «mesures d’urgence ainsi que des mesures sur le plus long terme doivent être prises afin d’assurer la sécurité des cheminots et principalement de ceux qui sont en relation avec les usagers».

Le trafic en gare du Nord a été paralysé pendant «une heure et demie» dans la soirée en raison de la  présence «de personnes disséminées sur les voies». Frédéric Cuvillier «appelle chacun à faire preuve de responsabilité, et rappelle que les usagers se mettent en danger en descendant sur les voies». Plus de 50.000 voyageurs, usagers des RER principalement, ont eu à subir de très importants retards mercredi, rappelle le communiqué.