Montpellier: Quatre mois de prison pour deux jeunes ayant agressé des policiers de la BAC

JUSTICE L'une des victimes a été grièvement blessée...

avec AFP

— 

Deux jeunes hommes ont été condamnés à quatre mois de prison avec mandat de dépôt mercredi par le tribunal correctionnel de Montpellier pour avoir insulté et bombardé de projectiles quatre policiers de la Bac à Montpellier.
Deux jeunes hommes ont été condamnés à quatre mois de prison avec mandat de dépôt mercredi par le tribunal correctionnel de Montpellier pour avoir insulté et bombardé de projectiles quatre policiers de la Bac à Montpellier. — Jeff Pachoud afp.com

Deux jeunes hommes ont été condamnés à quatre mois de prison avec mandat de dépôt mercredi par le tribunal correctionnel de Montpellier (Hérault) pour avoir insulté et bombardé de projectiles quatre policiers de la Bac.

Les deux jeunes hommes, âgés de 18 et 19 ans avaient été interpellés l'un lundi soir, l'autre mercredi matin, pour avoir fait partie d'un groupe d'une dizaine de jeunes ayant insulté et bombardé de projectiles quatre policiers de la Bac, lundi soir dans la cité sensible du Petit-Bard. Le procureur avait requis 18 mois de prison contre le plus jeune, et 4 mois contre son aîné. «La cité du Petit-Bard, comme d'autres cités dites sensibles ne doivent pas devenir des zones de non droit», avait-il plaidé.

La relaxe demandée par la défense

L'un des quatre policiers pris à parti par les jeunes a été grièvement blessé au genou gauche en voulant courser un des fuyards et a été opéré mardi avec succès, et s'est vu prescrire 90 jours d'arrêts de travail. Les deux hommes qui comparaissent mercredi ont été mis hors de cause pour l'agression de ce policier, a indiqué la Direction départementale de la sécurité publique à l'AFP. A l'audience, l'avocat des jeunes hommes avait demandé la relaxe, estimant que, étant «étrangers à l'agression sur le policier blessé», ils ne devaient pas être «des boucs émissaires».

Le plus âgé, déjà connu de la justice, était poursuivi pour outrages et menaces de mort envers des agents dépositaires de l'autorité publique, le plus jeune pour violences volontaires avec arme par destination (une bouteille en verre) sur agents dépositaires de l'autorité publique et dégradations volontaires d'un véhicule de police par jet de projectiles. L'enquête se poursuit pour retrouver l'homme qui a agressé le policier blessé au genou.