Montebourg traité d'«abruti mental»: Le président de Mitsubishi démissionne

POLÉMIQUE ean-Claude Debard avait nié les propos qui lui sont prêtés, avant de s'excuser puis de rendre son tablier...

Julien Ménielle

— 

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, le 17 otobre 2012, à sa sortie du Conseil des ministres à l'Elysée.
Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, le 17 otobre 2012, à sa sortie du Conseil des ministres à l'Elysée. — VILLARD/SIPA

Il n’a pas traité Arnaud Montebourg de «débile» ni d’«abruti mental», mais il démissionne quand même. Jean-Claude Debard, le président de Mitsubishi France a quitté ses fonctions jeudi soir, révèlent plusieurs médias ce vendredi, citant des sources internes au groupe. Accusé par La Provence d’avoir insulté le ministre du Redressement productif, il avait nié mais s’était tout de même excusé.

«Raisons personnelles»

«Mitsubishi Motors Corporation a été profondément choqué par les commentaires attribués au représentant de son importateur indépendant en France, tels que rapportés par la presse française», a affirmé dans un communiqué le constructeur japonais. Le groupe a souhaité «par principe présenter ses excuses à Monsieur le ministre Montebourg ainsi qu'au gouvernement français pour les conséquences que ces propos ont pu avoir sur leur réputation et leur honneur».

Mitsubishi a justifié la démission de Jean-Claude Debard par des «raisons personnelles», selon le Huffington Post. Ce dernier avait affirmé dans un communiqué qu’il n’avait «en aucun cas attaqué directement et personnellement M. Montebourg», tout en priant «le gouvernement français et ses représentants d'accepter toutes (s)es excuses pour cette confusion d'information». Le journal La Provence avait quant à lui persisté dans sa retranscription des propos polémiques.