Distilbène: La justice va se prononcer sur le cas de deux femmes exposées pendant la grossesse de leur mère

SANTE Elles ont développé chacune des maladies liées au médicament...

C.C.

— 

Photo prise le 24 septembre 2009 à Paris, d'une boîte de Distilbène (diéthylstilboestrol ou DES), un médicament distribué aux femmes enceintes en France entre 1950 et 1977 pour prévenir les fausses couches.
Photo prise le 24 septembre 2009 à Paris, d'une boîte de Distilbène (diéthylstilboestrol ou DES), un médicament distribué aux femmes enceintes en France entre 1950 et 1977 pour prévenir les fausses couches. — M.MEDINA / AFP

Le Distilbène à nouveau devant la justice. La Cour d’appel de Paris doit rendre ce vendredi sa décision concernant les laboratoires UCB Pharma et Novartis, assignés au civil par deux femmes d’une quarantaine d’années exposées à cette hormone de synthèse pendant la grossesse de leur mère.

Des décennies plus tard, les deux victimes avaient développé un cancer de l'utérus pour l'une, et des complications obstétricales pour l'autre. Ces deux cas sont particulièrement importants car, si la justice leur donne raison, même sans ordonnance pour preuve, ce sont près de 80.000 autres victimes qui pourraient à leur tour porter plainte, explique France Info ce vendredi.

Prescrit en masse dans les années 1960 et 1970, le Distilbène avait pour but de prévenir les fausses couches. Sauf qu’il s’est finalement révélé particulièrement dangereux pour les femmes et leur progéniture, provoquant cancers, malformations ou encore stérilité.