Mediator: Perquisition en cours à la direction générale de la Santé

ENQUÊTE a Haute autorité de la santé et la Direction de la sécurité sociale sont également visées...

Julien Ménielle

— 

Une boîte de Mediator, médicament retiré de la vente en novembre 2009 et soupçonné d'avoir causé au moins 500 morts en France.
Une boîte de Mediator, médicament retiré de la vente en novembre 2009 et soupçonné d'avoir causé au moins 500 morts en France. — AFP PHOTO/FRED TANNEAU

Une perquisition est en cours à  la Direction générale de la Santé dans le cadre de l'enquête lié au scandale sanitaire du Mediator, ont indiqué ce jeudi des sources concordantes à l'AFP. La Haute autorité de la santé et la Direction de la sécurité sociale sont également visée par ces investigations, en présence de deux juges d'instruction parisiens du pôle de santé publique, a confirmé à Reuters une source proche de l'enquête.

Autorisations de mise sur le marché

Les juges enquêtent notamment sur "la prise illégale d'intérêt" et sur les conditions dans lesquelles ont été décidées les autorisations de mises sur le marché dont a bénéficié le Mediator jusqu'en 2009», indique RTL. Ce médicament des laboratoires Servier contre le diabète prescrit comme coupe-faim pourrait être responsable de 500 à 2.000 morts. Deux informations judiciaires sont conduites à Paris depuis février 2011, l'une pour tromperie et escroquerie, l'autre pour «homicides et blessures involontaires».

Le collège d’experts de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam) aurait jugé 86% des dossiers «sans lien de causalité» entre la prise de ce médicament des laboratoires Servier et la maladie. Sur les 831 dossiers médicaux étudiés par l’Oniam depuis septembre 2011, 712 ont été été rejetés et 112 jugés recevables.