17 octobre 1961: François Hollande reconnaît officiellement la répression

POLITIQUE Cinquante et un an après les faits...

Matthieu Goar

— 

Le 17 octobre 1961, une manifestation pacifique organisée par la branche  française du Front de libération nationale (FLN) a été violemment réprimée à Paris, causant la mort de nombreuses  personnes.
Le 17 octobre 1961, une manifestation pacifique organisée par la branche française du Front de libération nationale (FLN) a été violemment réprimée à Paris, causant la mort de nombreuses personnes. — AFP

Le communiqué de l'Elysée est bref mais sans ambiguïtés. «Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance ont été tués lors d'une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes», a écrit la présidence de la République, mercredi.

Le 17 octobre 1961, lors d'une manifestation organisée par la Fédération de France du FLN, les brutalités policières avaient fait de très nombreuses victimes (entre une trentaine et 200, selon les bilans). Cette reconnaissance était une promesse de campagne de Hollande, mais elle n'a pas tardé à provoquer de des critiques à droite. «S'il n'est pas question de nier les événements du 17 octobre 1961 et d'oublier les victimes, il est intolérable de mettre en cause la police républicaine et avec elle la République tout entière», a lancé Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale.