Douai: L'ex-député PS Jean-Pierre Kucheida placé en garde à vue, une perquisition est en cours

ENQUÊTE a gestion de la Soginorpa, qui gère les anciens logements de mineurs intéresse la justice...

A Lille, Olivier Aballain

— 

Jean-Pierre Kucheida le 17 octobre 2012, à son arrivée au commissariat de Douai (Nord-Pas-de-Calais).
Jean-Pierre Kucheida le 17 octobre 2012, à son arrivée au commissariat de Douai (Nord-Pas-de-Calais). — M. LIBERT / 20Minutes

De notre journaliste à Douai (Nord-Pas-de-Calais)

Jean-Pierre Kucheida, le baron PS du Pas-de-Calais, et sa fille Marie, ont été comme prévu placés en garde à vue ce mercredi matin au commissariat de police de Douai. Cette audition prévue depuis plusieurs semaines fait suite à l'enquête préliminaire lancée le 6 mars dernier sur des soupçons d'abus de biens sociaux au sein de la Soginorpa.

Basé à Douai, l'organisme qui gère 62.000 ex-logements de minieurs, était dirigé de 2004 à juin 2012 par Jean-Pierre Kucheida, par ailleurs maire PS de Liévain et qui a été battu par un socialiste lors des dernières législatives. Les auditions ont été suspendues au cours de l'après-midi et une perquisition est en cours dans des bureaux de l'organisme ainsi qu'au domicile de sa fille Marie, selon une source judiciaire.

47.400 euros avec la carte bleue de la société

Kucheida est notamment soupçonné d'avoir dépensé 47.400 euros à des fins personnelles en utilisant la carte bleue de l'établissement. Il est par ailleurs soupçonné d'avoir dépensé 4.000 euros de carburant avec une carte essence de la société. Mais ce qui est nouveau, et qui a été révélé par 20 Minutes mardi, c'est la mise en cause de sa fille Marie, pour une exposition photo et un livre qui lui auraient été payés sur les fonds de la Soginorpa.

MaryKa, c'est son nom d'artiste, a signé en 2006 «Les enfants de la cité», une exposition réglée par l'association APEPAC, elle-même rémunérée par la Soginorpa. C'est ce montage financier indirect qui intéresse la justice. Marie Kucheida est soupçonnée «de recel d'abus de biens sociaux» tandis que son père est soupçonné «d'abus de biens sociaux».

A son arrivée devant le commissariat, alors que la presse était nombreuse, Jean-Pierre Kucheida ne s'est pas démonté et a déclaré: «Je suis content que vous soyez venus aussi nombreux à la rencontre d’un défenseur du bassin minier depuis 42 ans. Vous faites honneurs aux mineurs et à leurs ayant-droits».