L'avocat Antoine Sollacaro assassiné sur l'île de Beauté

FAITS DIVERS Antoine Sollacaro, ancien défenseur de Colonna, a été tué par deux hommes à moto...

William Molinié
— 
Antoine Sollacaro à Ajaccio, le 14 mars 2009.
Antoine Sollacaro à Ajaccio, le 14 mars 2009. — BELZIT JEAN-PIERRE/SIPA

Il avait l'habitude de s'y arrêter pour acheter son journal. Antoine Sollacaro a été tué mardi matin en Corse, au volant de sa Porsche stationnée devant une station-service Total, route des Sanguinaires, dans le centre d'Ajaccio. D'après les premiers éléments, l'avocat corse a été suivi par deux hommes à moto. L'un d'eux, le passager, a ouvert le feu à dix reprises, avec un calibre 11,43 avant de l'achever d'une balle dans la tête, à bout portant. Ancien bâtonnier du barreau d'Ajaccio, Sollacaro avait assuré jusqu'en 2011 la défense d'Yvan Colonna, l'assassin du préfet Erignac. Ce militant nationaliste était, entre autres, proche de l'ancien dirigeant du Mouvement pour l'autodétermination (MPA), Alain Orsoni, aujourd'hui président du club de football d'Ajaccio (L1).

La piste du banditisme

Différend d'ordre privé? Règlement de compte lié à ses positions nationalistes ou au grand banditisme, auquel appartenaient certains de ses clients? «Les enquêteurs vont se plonger dans ses dossiers en cours», explique un policier corse. La piste du grand banditisme semble privilégiée, puisque c'est la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille, composée de juges coutumiers de ce genre d'affaires, qui va enquêter sur cet assassinat, a indiqué une source judiciaire. Pour Patrick Maisonneuve, son confrère pendant le procès Colonna, «un palier a été franchi». Jean-Luc Forget, président de la Conférence des bâtonniers, a de son côté souligné la «lâcheté» de cet «acte inqualifiable».

«Quand la robe de l'avocat est attaquée, c'est un des symboles de l'Etat de droit qui est mis en cause», s'est indigné le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls. Le même jour, près d'une heure avant, le corps d'un autre militant nationaliste a été retrouvé, criblé de balles à 60 km de Bastia, sans qu'un lien ait été établi avec l'assassinat de l'avocat, qui intervient dans un climat de regain de tensions chez les nationalistes et au sein du milieu sur l'île. Depuis janvier, 15 assassinats et 9 tentatives ont été dénombrés.