Contre l'homophobie, la pédagogie

— 
Najat Vallaud-Belkacem face aux élèves.
Najat Vallaud-Belkacem face aux élèves. — A. SULZER / 20MINUTES

Christophe, du Groupe action gay et lesbien 45, se retourne vers Najat Vallaud-Belkacem et la met en garde : « Ne soyez pas choquée par les questions que l'on va avoir. » La première fuse : « Etes-vous pédé ? » Ricanements. Puis une collégienne lance : « Monsieur, vous êtes normal, alors on a cru que vous étiez comme nous ! » En assistant lundi à un atelier de sensibilisation aux discriminations homophobes dans un collège de la banlieue d'Orléans, la ministre des Droits des femmes, chargée de la lutte contre l'homophobie, sait que le sujet est sensible.

Ne pas laisser passer les insultes
« Dans la cour d'école, quand vous entendez fuser une insulte, il ne faut pas laisser passer », explique la ministre à la trentaine d'ados assis devant elle. « Des mots qui vous paraissent courants sont en fait des insultes. Il faut que votre intolérance à l'homophobie augmente. » L'occasion pour elle de faire de la pédagogie sur le mariage homosexuel. « Un truc formidable. Il n'y a pas de raison qu'il y ait de la peur, du fantasme. » Six élèves s'y disent opposés. Parmi eux, Alberto, qui parle de l'homosexualité comme d'une « maladie » et trouve « abusé » que l'on puisse être condamné pour injures homophobes. « Si tu ne veux pas être condamné, le mieux est de ne pas insulter, répond la ministre. Est-ce que, toi, tu supporterais des insultes racistes toute la journée ? » « Y'a encore du boulot », soupire un conseiller.