Une filière de voleurs mongols démantelée dans l'ouest de la France

FAITS DIVERS Sept personnes identifiées comme les organisateurs du réseau ont été écrouées...

William Molinié

— 

Les policiers ont saisi le 30 septembre 2012 des marchandises volées par un réseau qui favorisait l'entrée en France de ressortissants mongols en situation irrégulière
Les policiers ont saisi le 30 septembre 2012 des marchandises volées par un réseau qui favorisait l'entrée en France de ressortissants mongols en situation irrégulière — Direction centrale de la police judiciaire

«On travaille peu sur cette communauté plutôt anecdotique en France». Une vaste opération de police a permis de démanteler une filière d’immigration mongole, «favorisant l’entrée sur le territoire national de ressortissants mongols en situation irrégulière, en vue de la commission de vols sur l’ensemble du territoire ainsi que dans plusieurs pays européens», a rapporté une source policière à 20 Minutes ce mardi. Neuf individus, principalement de nationalité mongole, ont été interpellés en début de semaine dernière et sept d’entre eux écroués et mis en examen.

L’enquête, démarrée à Rennes en 2010 à la suite de plusieurs affaires de vols à la tire commis par des membres de cette communauté, a été menée par des policiers de la police aux frontières. Les fonctionnaires de l’office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers sans titre (OCRIEST) et ceux de la brigade mobile de recherche zonale (BMRZ) de Rennes ont mis en évidence un mode opératoire peu commun.

Vols de boîtes de lames de rasoirs

La filière favorisait les allées et retours grâce à la délivrance de Visas polonais obtenus «indûment» à Irkutsk, une ville de Russie au Nord de la Mongolie, a indiqué cette source policière. Visa européen en poche, les individus se rendaient depuis la Pologne « par train ou via des lignes d’avion intra-communautaires » dans l’Ouest de la France. Une trentaine de personnes appartenant à ce réseau ont été identifiées par les policiers.

Lors des perquisitions, les enquêteurs ont découvert des stocks de produits cosmétiques, de la parfumerie, de la maroquinerie ainsi que plus de 850 pièces de textile, pour une valeur marchande d’environ 30 000 euros. Parallèlement, deux Afghans, interpellés le 30 septembre dernier, s’apprêtaient à écouler de la marchandise issue de cette filière. Dix-sept cartons contenant plus de 1.500 produits cosmétiques et 1.150 boîtes de rasoirs volées ont été découverts dans leur véhicule. La marchandise était destinée à être revendue sur des «marchés sauvages» à Bruxelles et partir par conteneurs à Oulan-Bator, capitale de la Mongolie.

Au total, le montant des vols est estimé à 230.000 euros. «Le préjudice local pour les commerces des villes touchées comme Tour, Laval, Nantes ou Rennes est très important», a commenté une source policière. «L’affaire a été d’autant plus délicate qu’il s’agit d’une petite communauté et qu’ils se connaissent tous. D’où la difficulté de trouver des interprètes fiables», a poursuivi cette source.

Selon la police, qui prévoit de nouvelles interpellations, les investigations se poursuivent.