Grande-Bretagne: Plus d'espoirs de retrouver vivante la petite April Jones

FAITS-DIVERS La disparition de la fillette de 5 ans a mobilisé des centaines de policiers et de citoyens, et même le Premier ministre David Cameron...

Nicolas Bégasse

— 

La disparition le 1er octobre 2012 d'April Jones, 5 ans, a ému toute la Grande-Bretagne.
La disparition le 1er octobre 2012 d'April Jones, 5 ans, a ému toute la Grande-Bretagne. — CATERS NEWS AGENCY/SIPA

C’est la fin de ce que la police britannique a qualifié «d’une des plus grosses opérations de recherche de l’histoire récente». Vendredi matin, les enquêteurs chargés de retrouver la petite April Jones, disparue depuis lundi, ont demandé aux centaines de volontaires aidant depuis lundi à sa recherche d’abandonner leur effort.

April Jones, 5 ans, habitait avec sa mère Coral dans la petite ville de Machynlleth, dans le Pays de Galles. Lundi soir, des témoins ont aperçu la petite fille monter dans un véhicule Land Rover alors qu’elle jouait près de chez elle. Souffrant d’une paralysie cérébrale affectant légèrement ses mains, elle a besoin de médicaments. Les appels se sont multipliés toute la semaine en Grande-Bretagne pour mobiliser, inviter les témoins potentiels à se manifester et les habitants de la région à aider aux recherches. La mère et la grande sœur d’April ont lancé de tels appels, mais aussi le Premier ministre David Cameron.

Un homme arrêté pour «meurtre»

Deux cents policiers et sauveteurs, parmi lesquels des équipes cynophiles, ont été mobilisés pour fouiller Machynlleth et les communes avoisinantes, et plusieurs centaines de citoyens volontaires ont participé aux recherches. Mais si un suspect a été interpellé mardi et maintenu depuis en détention, aucune trace de la fillette n’a pu être trouvée. Et les derniers développements de l’enquête n’inspirent pas l’optimisme: ce vendredi, les enquêteurs ont annoncé que c’est pour «meurtre» que Mark Bridger, 46 ans, était en garde à vue depuis mardi. Et ont subtilement fait comprendre que, si les opérations de recherche devaient désormais n’être plus menées que par les professionnels, c’est parce qu’il n’y a plus d’espoir de retrouver la fillette vivante.

Le véhicule du suspect –qui correspond à celui aperçu le soir de l’enlèvement d’April- et son domicile du village voisin d’Esgairgeiliog ont été minutieusement fouillés par la police, qui cherche désormais à établir précisément quels ont été les va-et-vient de Bridger du lundi soir au mardi matin. C’est ce vendredi que les enquêteurs doivent décider de relâcher Mark Bridger ou de le mettre en examen.