Affaire Merah: Perquisition au domicile du frère de Mohamed Merah

ENQUÊTE bdelkader Merah a quitté sa prison pour y assister...

Nicolas Bégasse avec AFP

— 

Des véhicules de police transportant Abdelkader Merah arrivent au siège de la police anti-terroriste, à  Levallois, le 24 mars 2012.
Des véhicules de police transportant Abdelkader Merah arrivent au siège de la police anti-terroriste, à Levallois, le 24 mars 2012. — AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

Le domicile d’Abdelkader Merah, le frère du tueur de Montauban et Toulouse, situé à Auterive, au sud de Toulouse (Haute-Garonne), est perquisitionné depuis ce mercredi matin par les forces de l’ordre, a-t-on appris auprès de l’AFP et de France 3 Midi-Pyrénées.

>> Le portrait d’Abdelkader Merah à (re)lire par ici

Selon le reporter de France 3 sur place, le frère de Mohamed Merah aurait été amené sur place depuis sa prison de Fresnes (Val-de-Marne) pour assister à la perquisition. Plusieurs sources ont confirmé l'information à l'AFP.

On ignore pour l'instant ce que les hommes de la police judiciaire et les enquêteurs antiterroristes cherchaient au domicile de Merah, déjà perquisitionné au moment de son arrestation en mars. Seul mis en examen dans les tueries de Toulouse et Montauban, le frère aîné de Mohamed Merah a été entendu par le juge antiterroriste le 10 septembre.

Quel rôle pour le frère?

Au cours de cette première audition depuis sa mise en examen, Abdelkader Merah a reconnu la présence d'un troisième homme lors de l'achat du blouson de motard que portait son frère Mohamed lors des tueries de Toulouse et Montauban, selon une source proche du dossier.

Abdelkader Merah, 29 ans, avait déjà reconnu au début des investigations la présence de ce troisième homme lors du vol du scooter dont Mohamed Merah s'est servi pour commettre ses crimes. Mais il a jusqu'alors refusé de dévoiler son identité.

Les juges cherchent à savoir si Abdelkader Merah a joué un rôle opérationnel dans les tueries et lequel, quelle influence idéologique il pourrait avoir exercée sur son cadet, et s'il y a eu des complicités.