La vogue du baby-sitting en anglais

ENFANCE Le marché de la garde d'enfants en langues étrangères est en expansion, malgré la crise...

Delphine Bancaud

— 

Rituels et jeux permettent d'initier l'enfant à l'anglais.
Rituels et jeux permettent d'initier l'enfant à l'anglais. — BABYLANGUES

Tant qu'à faire garder son fils de 3 ans à la sortie de l'école, Guillaume a décidé de le confier à une baby-sitter anglaise. «Je parle un anglais de survie et je ne veux pas qu'il en soit de même pour Nicolas», confie le papa. Du coup, quatre jours par semaine, son fils est initié à la langue de Sheakspeare par une baby-speaker. «Les deux premiers jours, il était déstabilisé, mais aujourd'hui, il comprend plusieurs mots d'anglais et s'amuse à répéter “please” et “thank you”», s'amuse Guillaume.

D'une pierre deux coups

Course à la réussite scolaire oblige, de plus en plus de parents optent pour la garde d'enfants en langues étrangères. «Ils sont conscients qu'entre 3 et 6 ans, un enfant régulièrement exposé à une autre langue va l'assimiler naturellement», explique Maria Kihlstedt, maître de conférence en psycholinguistique à l'université de Nanterre.

Preuve de cette tendance : Baby Speaking ouvre en cette rentrée des agences à Bordeaux, Nantes et Toulouse, après s'être implanté à Paris, Lyon et Lille. Son concurrent Babylangues, présent dans cinq villes, croule aussi sous les demandes et peine à trouver des nounous étrangères. «D'autant que nos recrues ont un niveau bac +3, car nos prestations sont à mi-chemin entre la garde d'enfants et l'enseignement», précise Caroline Benoit-Levy, fondatrice de Babylangues.

Un service qui a un prix. Il faut compter en moyenne 21 euros de l'heure. «Mais en prenant en compte les aides de la CAF et la réduction d'impôts de 50%, cela revient à environ 8 euros de l'heure», indique Antoine Gentil, fondateur de Babyspeaking.

Un business florissant

Selon l'Agence nationale des services à la personne, en septembre 2012, 4.059 entreprises proposent du baby-sitting pour les enfants de plus de 3 ans et 1.442 de la garde d'enfants de moins de 3 ans. Des chiffres en constante augmentation ces dernières années.