Une fusillade au cœur de Paris

— 

L'agression s'est déroulée à Belleville.
L'agression s'est déroulée à Belleville. — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Leur pronostic vital n'est plus engagé. Les deux hommes qui ont été la cible de tirs à l'arme automatique dans la nuit de samedi à dimanche, dans le quartier de Belleville (11e arrondissement de Paris), « ne sont plus en danger. L'un d'entre eux a une incapacité totale de travail de 7 jours, l'autre de 45 jours », a précisé une source policière.

Une vingtaine de douilles
Samedi soir, vers 23 h 40, les deux victimes, âgées de 25 et 28 ans, ont été accostées rue Louis-Bonnet, dans le quartier de Belleville, par deux individus casqués circulant à scooter. L'un d'eux est alors descendu du deux-roues et a tiré à feu nourri, une vingtaine de douilles ayant été retrouvées sur place, précise une source policière. L'une des victimes a réussi à s'enfuir, mais a été prise en chasse par le tireur jusqu'à la station de métro Belleville, où elle a pu trouver refuge. Aucun coup de feu n'a été tiré dans l'enceinte publique , précise la même source. Touchés aux jambes, les deux jeunes ont été transportés à l'hôpital. Les assaillants se sont, eux, enfuis avec leur scooter et restaient dimanche toujours introuvables. « Cette opération avait visiblement pour but d'impressionner, voire de faire taire ces deux personnes », ajoute une source proche de l'enquête. Car si la piste d'un règlement de comptes n'est pas officiellement évoquée, le profil des deux hommes visés a de quoi le laisser penser. « Ils ont tous les deux un casier judiciaire et sont connus défavorablement des services de police », confie une source judiciaire. La brigade criminelle a été chargée de l'enquête.Jérôme Comin