Tueur de l'Essonne: Le principal suspect reçoit une lettre d'un homme s'accusant de deux des quatre meurtres

ENQUÊTE oni Palmier, emprisonné à Fresnes, a-t-il été manipulé ou tente-t-il de semer le trouble dans une enquête déjà peu claire?...

Julien Ménielle

— 

Capture d'écran du JT de France 2 du 16 avril 2012 montrant une photo non datée de Yoni P.
Capture d'écran du JT de France 2 du 16 avril 2012 montrant une photo non datée de Yoni P. — 20MINUTES.FR

Yoni Palmier a reçu un étrange courrier dans sa cellule de la prison de Fresnes. Principal suspect dans l’affaire des quatre meurtres qui ont secoué l’Essonne entre novembre 2011 et avril 2012, le détenu a été en juillet dernier destinataire d’une lettre dans laquelle un homme s'accuse de deux des meurtres, a indiqué à l’AFP une source judiciaire, confirmant une information de M6.

«J’ai manipulé, Yoni, je l'ai obligé à me garder des armes ainsi que le 7.65, arme belge, qui a servi aux 4 assassinats», indique un certain Nior K dans le courrier, intitulé «tueur del’Essonne» et posté dans ce département. L’homme y indique qu’il ne «désire pas se rendre» et explique de façon précise l’assassinat d’une des victimes. Une description «qui correspond aux faits», a indiqué au Parisien une source judiciaire.

«Est-ce une lettre de connivence ou est-ce un véritable aveu?»

Cette lettre sème le trouble dans cette enquête qui compte déjà deux suspects, le premier, Michel Courtois, étant mis en examen pour le premier assassinat mais laissé libre. «Il faut la vérifier, tant au niveau graphologique que des empreintes. Je m'interroge: est-ce une lettre de connivence ou est-ce un véritable aveu?», a réagi Elisabeth Auerbacher , avocate de la famille de la première victime.

Au cours de sa garde à vue, en avril, Yoni Palmier avait évoqué le nom d’un certain Nior, l’accusant implicitement des meurtres, indique Le Parisien. Reste aux enquêteurs, qui étudient le document,  à déterminer s’il s’agit d’une piste à prendre au sérieux ou d’une tentative de se disculper de Yoni Palmier ou son entourage.