Trois pompiers jugés à Amiens: Jusqu'à 12 mois avec sursis requis

© 2012 AFP

— 

Quatre personnes ont été retrouvées dans les décombres d'une maison incendiée mercredi en fin d'après-midi à Plouescat (Finistère)
Quatre personnes ont été retrouvées dans les décombres d'une maison incendiée mercredi en fin d'après-midi à Plouescat (Finistère) — Dominique Faget afp.com

Le parquet a requis des peines allant jusqu'à 12 mois de prison avec sursis contre trois pompiers, qui avaient participé à des ébats sexuels avec une mineure de 16 ans à la caserne d'Abbeville (Somme) et qui avaient dit ignorer l'âge de la jeune fille à l'époque des faits. L'adolescente s'était rendue à plusieurs reprises à la caserne, en mai et juin 2010, pour avoir des relations sexuelles consenties avec plusieurs hommes du feu, qui lui avaient été présentés par son ex-petit ami, pompier également.

«S'il est vrai que sa liberté de moeurs a pu faciliter les passages à l'acte malsains, il n'en demeure pas moins que les prévenus ont abusé de sa faiblesse», a déclaré la représentante du ministère public. Elle a requis la peine la plus lourde -12 mois avec sursis- contre l'ex-petit ami de la jeune fille, «qui a joué un rôle d'instigateur». Elle a demandé dix et six mois avec sursis pour les deux autres prévenus.

Les trois hommes doivent répondre de corruption de mineure. Deux d'entre eux sont également poursuivis pour avoir enregistré et transmis des images pornographiques de la jeune fille. Leurs avocats ont plaidé la relaxe, évoquant les moeurs légères de la jeune fille, aujourd'hui majeure, et l'ignorance de son âge par leurs clients. «Pour qu'il y ait corruption de mineur, encore faut-il qu'il y ait quelque chose à corrompre! Elle savait presque tout en matière sexuelle», s'est exclamée Me Sonia Houzé, avocate de l'ancien petit ami.