Caricatures de Mahomet: Paroles de musulmans en France

TEMOIGNAGES Après la publication, mercredi, par «Charlie Hebdo», de nouvelles caricatures de Mahomet, «20 Minutes» a rencontré des musulmans de France pour leur demander leur opinion...

Propos recueillis par V. V (avec Elisa Riberry Frisullo, à Lyon, et Aurélie Selvi, à Nice)

— 

Charlie Hebdo en kiosque, le 19 septembre 2012.
Charlie Hebdo en kiosque, le 19 septembre 2012. — G. VARELA / 20 MINUTES

Aux terrasses, dans la file d’attente des boulangeries, Charlie Hebdo occupait tous les sujets de conversation. 20 Minutes a recueilli, mercredi, le témoignage de plusieurs musulmans.

Ettaleb, 76 ans, retraité: «Attaquer une ambassade, cela ne se fait pas. Les êtres instruits ne sont pas animés par un sentiment de vengeance. Mais les ignorants, si. Ce sont des jeunes qui n’ont rien et sont mus par la haine. Je ne leur en veux pas. En manifestant, ils veulent montrer qu’ils  existent et qu’ils souffrent…»

Aïssa, 30 ans, assistante maternelle: «J’ai peur. D’abord que la situation dégénère. Ensuite que les musulmans soient stigmatisés. L’islam est une religion “facile”. Il ne s’agit pas de tuer l’autre ou de poser des bombes. Chacun a le droit de s’exprimer. Mais l’ambiance n’est pas bonne en ce moment. Pourtant, la plupart des musulmans veulent juste vivre tranquilles.»

Abdel, 33 ans, kinésithérapeute: «La liberté d’expression doit être aussi sacrée que la religion. C’est sûr que dans le monde musulman, les réactions depuis la sortie de ce film ne sont pas raisonnables, pas raisonnées. Mais quand on sait les tensions actuelles que connaît le monde arabe, c’est à se demander si le film ce n’est pas un complot des islamistes pour prendre la tête de certains pays.»

Brahim, 39 ans, livreur: «Charlie est vraiment bête. Je pense qu’ils voulaient faire un coup et vendre beaucoup d’exemplaires. Mais manifester violemment contre serait tout aussi stupide. Nous devons nous soumettre à la loi de l’islam, mais aussi à la loi de la République.»

Kevin, 30 ans, président d’association: «La meilleure arme, c’est l’indifférence. A partir du moment où l’on va casser des biens, tuer des  gens qui n’y sont pour rien, on s’oppose au Coran. Ces gens-là sont manipulés.»