Véronique Genest: «Peut-être que je suis islamophobe, comme beaucoup de Français»

M.P.

— 

Véronique Genest sur le plateau de Jean-Marc Morandini, sur NRJ12, le 18 septembre 2012.
Véronique Genest sur le plateau de Jean-Marc Morandini, sur NRJ12, le 18 septembre 2012. — Capture d'écran 20minutes.fr

«L’islam est dangereux pour la démocratie et en fait la démonstration tous les jours». C’est pour ce tweet, posté le 31 août dernier, que Jean-Marc Morandini avait décidé d’inviter lundi soir Véronique Genest sur le plateau de son émission de NRJ12. Le gazouillis avait fait polémique mais moins, certainement, que ses explications. L’actrice de Julie Lescaut a en effet expliqué: «islamophobe, c’est la peur de l’islam. Alors peut être effectivement que je suis islamophobe. Je fais mon coming-out, je le suis comme beaucoup de Français». Le tout dit de manière assez candide. La peur vient soit de «la méconnaissance» soit «de chose qu’on voit ou d’un danger qu’on sent».

Et la comédienne, inscrite sur Twitter depuis janvier, de continuer: «j’ai lu le Coran et je n’ai pas été rassurée. On voit des choses qui font peur» dans l’actualité, a-t-elle insisté. «Ça fait peur! Pourquoi on veut nier les choses?! C’est pas parce que je dis que j’ai peur que je déteste», dit-elle encore, disant aussi que l’islam «c’est une magnifique religion».

«Les gens ont peur, on essaie de le nier»

Evidemment, les commentaires sur son compte Twitter se sont multipliés, entre soutien, agressivité ou mépris pour ses propos. Elle a tenté de calmer le jeu: «Pour apaiser la chose si vous le désirez je reformule en préambule à tout. L'intégrisme, bien sûr.» Puis: «Rassurez-nous au lieu de nous insulter. Car avoir peur n'est pas un crime.» Et enfin: «En ayant de tels propos j'espérais qu'un débat calme voit le jour. Mais je crois encore au père Noël! C'est triste».

Dans le même temps, Véronique Genest a tenté de déminer dans le Parisien. «Je ne comprends pas l’agressivité que je déclenche. Bien sûr que je ne parle que des extrémistes. Mais je vois les infos, les appels à rétablir la charia, les foules en liesse dans la rue, parfois, quand il y a des attentats. Alors oui, l’islam me fait peur. J’aimerais être rassurée. Quand je me dis islamophobe, c’est comme j’aurais été christianophobe au temps de l’inquisition, contre l’Eglise, si vous voulez.»

Et sur i-Télé, ce mardi matin, après une nuit visiblement courte, elle a maintenu son raisonnement: «on ne nous montre que des images de terroristes, d’intégristes qui prennent le pouvoir. Les gens ont peur, on essaie de le nier. Est-ce que c’est mettre de l’huile sur le feu de dire que j’ai peur? Je suis pour percer les abcès. Le non-dit peut attiser la haine», explique-t-elle.

Voir la vidéo: