Poitiers: L'enseignante raconte son agression par la mère d'un élève

FAITS DIVERS Elle a été frappée mercredi en plein cours...

Corentin Chauvel

— 

Illustration: Une classe de lycéens.
Illustration: Une classe de lycéens. — DURAND FLORENCE/SIPA

L’enseignante d'histoire et géographie qui a été agressée mercredi par la mère d’un élève dans sa classe d’un collège près de Poitiers a raconté son agression ce jeudi sur RTL. C’est une remarque dans un cahier de correspondance qui aurait provoqué la colère de la mère de famille, interpellée et mise en garde à vue.

La professeure a expliqué que celle-ci s’est présentée spontanément dans sa classe en compagnie de son compagnon, qui est resté au fond de la salle afin de bloquer la porte. «Elle commence à m'agresser verbalement. Je m'étonnais un peu de sa présence dans la salle», explique l’enseignante, qui lui demande alors de sortir de sa classe.

«J'ai reçu un coup de pied très violent dans le ventre»

«Et puis voyant qu'elle ne voulait pas partir, j'ai demandé à une élève d'aller alerter le chef. Et elle a donné l'ordre à l'élève de ne pas bouger. La petite était déjà partie. Elle est retournée sur ses pas, car la maman lui a dit péremptoirement: “Toi, tu ne bouges pas d'ici!”», poursuit-elle.

C’est lorsque la professeure a voulu aller débloquer le passage que la mère de l’élève s’est mise à lui arracher ses lunettes et à la frapper. «Instinctivement, je l'ai repoussée. Et là, j'ai reçu un coup de pied très violent dans le ventre qui m'a pliée en deux. A ce moment-là, j'ai quitté la salle car je n'ai pas voulu que les élèves me voient en train de pleurer. Et puis surtout, j'avais du mal à me tenir debout, et je suis allée m'asseoir sur les escaliers», raconte encore l’enseignante.

Cette dernière a affirmé qu’elle comptait bien poursuivre son travail dès que son médecin le lui permettra. Les autres professeurs du collège avaient fait jouer leur droit de retrait mercredi pour exprimer leur soutien à leur collègue. Ils l’ont renouvelé ce jeudi, mais les cours devraient reprendre normalement vendredi matin.

>> Vous êtes enseignant? Vous avez déjà connu ce type de situation? Apportez-nous votre témoignage à reporter-mobile@20minutes.fr