Tuerie de Chevaline: Le cycliste témoin de la scène livre son témoignage

ENQUÊTE 'homme, un ancien de la Royal Air Force, a parlé à la BBC...

Julien Ménielle

— 

Des gendarmes postés devant la caravane qu'occupait dans un camping de Saint-Jorioz (Haute-Savoie) une famille britannique tuée par balles près de Chevaline.
Des gendarmes postés devant la caravane qu'occupait dans un camping de Saint-Jorioz (Haute-Savoie) une famille britannique tuée par balles près de Chevaline. — Cyril VILLEMAIN / 20 MINUTES

«Ça ressemblait à une scène de la série policière "Les experts".» Le cycliste britannique qui est arrivé le premier sur les lieux de la tuerie de Chevaline a livré son témoignage ce jeudi à la chaîne britannique BBC. «Il y avait beaucoup de sang et des têtes trouées par des balles», a décrit Brett Martin, un ancien de la Royal Air Force. «Cela ressemblait à une scène de la série policière "Les experts"», a-t-il ajouté.

Il a cru à un accident

Comme à son habitude, Brett Martin était parti ce jour-là faire une promenade à vélo vers 14h30. Il a cru d'abord être le témoin d'un «terrible accident de voiture».

Le moteur de la voiture des Al-Hilli était en marche et les roues tournaient, a indiqué l’homme à la BBC. «C'est le genre de choses sur lesquelles vous ne pensez jamais tomber dans votre vie», a-t-il raconté. «Quand je me suis approché, la première chose que j'ai vue, c'est un vélo couché par terre. Comme j'avais vu le cycliste devant moi plus tôt, alors j'ai pensé qu'il se reposait».

«Je me suis encore rapproché, une enfant très jeune titubait sur la route et au début, j'ai pensé qu'elle était juste en train de jouer car on aurait dit, de loin, qu'elle tombait en rigolant comme le font les enfants», a-t-il expliqué. «Mais il est apparu clairement qu'elle était gravement blessée et qu'elle était couverte de sang».

Brett Martin a alors déplacé le corps de la petite Zainab, blessée, de peur que la voiture ne bouge et la blesse encore plus. Brett Martin a également décrit la difficulté qu’il avait éprouvé à laisser la fillette, seule et blessée, pour aller chercher du secours.