Mariage gay: L'UMP divisée... Boutin veut un référendum...

HOMOSEXUALITE Si Chantal Jouanno appelle au débat, d'autres voix dénoncent un «contre-feu» socialiste à la crise économique...

M.Gr. avec agences
— 
Christine Boutin à Levallois Perret, le 7 janvier 2012
Christine Boutin à Levallois Perret, le 7 janvier 2012 — WITT/SIPA

Au lendemain de l’annonce, par Christiane Taubira, du pré-projet de loi censé encadrer le mariage homosexuel, la présidente du Parti chrétien-démocrate Christine Boutin n’a pas tardé à réagir. Opposante de longue date au mariage homosexuel promis par François Hollande, elle a demandé ce mardi la tenue d'un référendum sur le sujet.

«C'est un projet de loi qui est lourd dans ses conséquences pour la société», a réagi Christine Boutin sur Europe 1. «J'ai sollicité auprès du Premier ministre une audience pour l'organisation d'un référendum sur ce texte pour trois raisons: c'est l'intérêt du gouvernement qui est favorable à une démocratie participative, c'est l'intérêt des Français qui pourraient chacun prendre leur responsabilité (...) et c'est enfin l'intérêt pour la paix sociale et civile», a-t-elle ajouté.

«Un contre-feu avec une mesure sociétale»

Pour l'UMP, dont le candidat Nicolas Sarkozy était opposé au mariage homosexuel, l'annonce de l'examen prochain d'un texte de loi en la matière est un moyen «d'enfumer les Français» après l'annonce d'un tour de vis fiscal sans précédent en 2013.

«Ne nous trompons pas, François Hollande essaye d'enfumer les Français sur sa politique économique et sociale et allume un contre-feu avec une mesure sociétale», écrit dans un communiqué Camille Bedin, secrétaire nationale de l'UMP à l'égalité des chances. «Les socialistes veulent nous détourner du débat économique et social car ils n'ont à proposer que des mesures périmées (...) ou des impôts supplémentaires», ajoute-t-elle.

Chantal Jouanno appelle au débat

La sénatrice UMP de Paris Chantal Jouanno a toutefois appelé les candidats à la présidence du principal parti de droite à se positionner sur le sujet. «L'UMP ne doit pas s'arc-bouter sur une position archaïque», écrit-elle dans un communiqué. «Ne passons pas pour des ringards. Ne laissons pas la modernité aux socialistes. Ne laissons pas la société évoluer sans nous.»

Les associations de défense des droits des homosexuels ont de leur côté salué les annonces de la ministre de la Justice, tout en regrettant que le projet de loi écarte l'accès pour tous à la procréation médicalement assisté. «L'égalité des droits doit être complète», écrit ainsi Jean-Luc Romero, président d'Elus locaux contre le sida, dans un communiqué.

Porte ouverte à des «évolutions»

Il interpelle la ministre déléguée à la Famille Dominique Bertinotti. L'entourage de la ministre déléguée qualifie en effet les annonces de Christiane Taubira de «pré-projet», ce qui a d'après lui laissé la porte ouverte à des «évolutions».

Sur la procréation assistée, Jean-Marc Ayrault a reconnu qu'on «aurait pu aller plus loin» mais rappelé qu'il y avait des oppositions. «Ce qui a été dans le programme de François Hollande, c'est le mariage et l'adoption», a dit le Premier ministre lors d'un déplacement à Marseille.

Selon un récent sondage BVA, 63% des Français sont favorables au mariage des homosexuels et 56% à l'adoption par les couples de même sexe.