«Chicago Med»: «Je n’ai pas de grand plan pour Will!», confie Nick Gehlfuss

INTERVIEW « 20 Minutes » a rencontré le héros de « Chicago Med », dont la saison 2 démarre ce mercredi sur TF1, au Festival de Télévision de Monte-Carlo où l’acteur était venu avec sa mère…

Propos recueillis par Anne Demoulin

— 

Nick Gehlfuss à Los Angeles le 20 mars 2017.
Nick Gehlfuss à Los Angeles le 20 mars 2017. — Rob Latour/BEI/Shutters/SIPA

Nick Gehlfuss campe le jeune frère du Detective Jay Halstead de Chicago P.D dans Chicago Med. Deux séries dérivées de Chicago Fire, nées avant la dernière création de Dick Wolf, Chicago Justice. Dans Chicago Med, dont la deuxième saison débute ce mercredi à 22h50 sur TF1, il incarne Dr William « Will » Halstead. 20 Minutes a rencontré l’acteur américain au Festival de Télévision de Monte-Carlo où il était venu accompagné de sa plus grande fan, sa maman, Sandra Gehlfuss.

« Urgences », « Grey’s Anatomy »… Quelle est votre autre série hospitalière de référence ?

Je suis un grand fan d’Urgences ! J’ai regardé beaucoup de séries hospitalières dont Grey’s Anatomy pour préparer le rôle. Les scénaristes ont aussi ces séries en tête, ce serait idiot de ne pas regarder ce qui fonctionne et de comprendre comment faire pareil et différemment.

Cela ne met-il pas la pression ?

Je ne sais pas si c’est de la pression. On suit notre voie, nous avons une troisième saison en préparation.

En quoi Chicago Med se distingue des autres séries hospitalières ?

Chicago Med se différencie de ces séries à cause de tout cet univers. Chicago Med est une part de quelque chose d’autre, ce n’est pas une série isolée. C’est difficile de comparer.

Dick Wolf a imaginé tout un univers. Il a créé ce monde où vos personnages préférés peuvent jouer dans une autre série avec d’autres personnages que vous aimez. Cela marquera l’histoire de la télévision, ça n’a jamais été fait avant. C’est très excitant d’en faire partie.

Quels sont les avantages en tant qu’acteur d’évoluer dans cet univers élargi ?

Cela nous autorise à prendre un cas et à le développer entièrement. Il y a le feu, puis ça passe à l’hôpital, et pendant qu’on essaye de sauver les gens, les détectives viennent et commencent leur travail avant de passer le cas à la justice… Cela permet aux téléspectateurs de se perdre dans ce petit monde et de relier le tout pour que cela devienne consistant. En tant qu’acteur, cela permet de jouer avec plein de personnes différentes et talentueuses !

Etes-vous content de la façon dont Will évolue dans cet univers ?

Je n’ai pas de grand plan pour Will ! Je ne sais pas ce qui va lui arriver et je ne veux pas savoir ! (rires) Je suis content de ce que les scénaristes ont écrit pour mon personnage. J’espère qu’il va continuer sur sa voie, à se battre pour ses patients, qu’il conserve le challenge avec le docteur Manning. J’espère que les scénaristes vont continuer à aborder des thèmes qui provoquent la réflexion.

Comment vous vous êtes préparé pour ce rôle ?

Beaucoup d’acteurs parlent de la méthode qu’ils utilisent. J’ai lu plein de choses sur les différentes méthodes : Stanislavski, Meisner, etc. Personnellement, j’essaye juste de jouer sincèrement. Une fois que j’ai lu un scénario, si ça demande de sortir et d’observer, alors je le fais. Les recherches, c’est de l’or. Pour Will, j’ai été observé des médecins dans les hôpitaux et puis, j’ai posé des questions à ma mère, qui est infirmière, comme ma sœur. Nous avons aussi un médecin sur le plateau, en permanence. On répète certains gestes techniques, la terminologie, etc. Si je peux prendre des douches et faire la vaisselle, alors je peux faire plein d’autres choses, non ? Je vais toujours à l’hôpital quand je peux, ce que j’apprends à l’hôpital dépasse la série, c’est la vie.

Plus jeune, vous observiez votre mère au travail ?

Je lui rendais visite quelquefois, mais je ne l’observais pas. Je pense que c’est parce qu’elle me racontait ses histoires que je suis assez à l’aise quand on arrive au sang. Je n’ai pas l’estomac fragile. Je peux tout regarder et je suis fasciné. J’étais toujours été curieux des gens et du comportement humain. Alors si je peux vraiment regarder à l’intérieur de quelqu’un ! Je suis fasciné par le corps humain, et quand j’observe les médecins travailler, ils m’apparaissent comme des magiciens. J’ai beaucoup de respect pour eux.

Et que pensez-vous de sa prestation, madame ?

Sandra Gehlfuss. Grâce à ses recherches et à ses compétences, je le trouve crédible. Je suis très fière de lui.

Nick Gehlfuss. C’est le plus beau des compliments quand on vous dit que cela semble crédible et bien sûr, quand ça vient de ma maman, c’est encore mieux !

Quand avez-vous découvert votre vocation d’acteur ?

Ça m’amusait beaucoup à l’école. Quand j’ai commencé l’université, j’ai réalisé qu’on pouvait en faire son métier. Comme je ne savais pas quoi faire d’autre à ce moment-là, j’ai commencé à prendre ça au sérieux.

Vos parents n’ont pas été inquiets par ce choix ?

Sandra Gehlfuss. Nous l’avons encouragé. Nous avons senti qu’il était vraiment passionné et il faut suivre ses rêves.

Nick Gehlfuss. Ils m’ont beaucoup soutenu. Et ça aide !