Qui est Ryan Murphy, l'homme qui valait 300 millions de dollars?

SHOWRUNNER Ryan Murphy vient de signer un contrat de 300 millions de dollars avec Netflix. Retour sur la vie et la carrière d’un des showrunners les plus puissants de Hollywood…

Anne Demoulin

— 

Ryan Murphy, récompensé aux Emmy Awards
Ryan Murphy, récompensé aux Emmy Awards — WENN

Une nouvelle prise de guerre à Hollywood. Après Shonda Rhimes, Netflix s’est payé Ryan Murphy et sa compagnie Ryan Murphy Productions, pour cinq ans. « Les séries de Ryan Murphy ont influencé la culture mondiale, réinventé le genre et changé le cours de l’histoire du petit écran », a affirmé dans un communiqué Ted Sarandos, directeur des contenus Netflix.

Un talent hors pair qui a valu au showrunner derrière Nip/Tuck, Glee, American Horror Story, de signer un contrat mirifique, selon le New York Times. Retour sur la vie et la carrière de l’homme qui valait 300 millions de dollars.

L’enfance en chantant

Né en 1965, Ryan Murphy a grandi dans une famille catholique d’origine irlandaise à Indianapolis dans l’Indiana. Il accompagne ses parents, les fondateurs d’une petite maison d’édition, Brzamo Publishing, à l’église, se rend à la chorale chaque semaine avec eux, et chante tous les jours à la messe au sein de l’école catholique qu’il fréquente jusqu’à 14 ans.

Sa petite enfance a été façonnée par ses deux plus grandes passions : la télévision et son espoir de devenir le prochain pape.

L’adolescence en assumant

Adolescent, il participe aux spectacles scolaires de son lycée, des comédies musicales comme Bye Bye Birdie et South Pacific. Parallèlement, Ryan Murphy forge sa plume au sein de la rédaction du journal de l’école.

Élève populaire et confiant, il annonce à ses camarades à l’âge de 15 ans qu’il est gay : « Je l’ai juste annoncé, et c’est tout », confie-t-il à Terry Gross dans Fresh Air sur NPR en 2009. « Et je suppose que parce que j'étais populaire, et que je traînais avec les enfants populaires… J’ai été en quelque sorte soutenu », poursuit-il.

Le journalisme en attendant

Une fois diplômé du secondaire, Ryan Murphy suit des études de journalisme à l’université de l’Indiana. « J’avais été accepté à l’école de cinéma, mais mes parents ne pouvaient pas se le permettre et ils gagnaient trop d’argent pour que j’obtienne une bourse. Je n’ai pas pu aller à l’USC [University of Southern California] », confiera-t-il à Julia Roberts dans les colonnes d’Interview.

Le cinéma en écrivant

Après quelques stages au Washington Post et au Miami Herald, il s’installe avec le réalisateur Bill Condon à Los Angeles où il exerce la profession de reporter pour le Los Angeles Times et Entertainment Weekly.

« Nous nous sommes séparés en 1996, et j’ai écrit un script sur cette séparation intitulée Why Can’t I Be Audrey Hepburn ? C’était une comédie romantique vraiment douce. » Le scénario fait le tour d’Hollywood. Steven Spielberg est pressenti pour le réaliser. Le projet de film ne se concrétise finalement pas.

Les lycéens en débutant

La vente de ce scénario pousse Ryan Murphy à lâcher le journalisme pour embrasser une carrière dans le cinéma et la télévision. Son premier programme, Popular, un teen-drama pour le réseau The WB met en scène deux lycéennes que tout oppose. Brooke, la blonde est la capitaine ultra-populaire des pom-pom girls, Sam, la Brune veut être journaliste. Elles vont devoir apprendre à s’apprécier lorsque le père de Brooke épouse la mère de Sam. Une sorte de proto-Glee qui tient deux saisons.

Le succès en opérant

Le succès arrive vraiment en 2003 avec la série de FX, Nip/Tuck, qui raconte les aventures de deux chirurgiens plasticiens à Miami, une idée née à l’époque où, journaliste, il avait enquêté sur la popularité croissante de la chirurgie plastique. Le show aussi sexy que trash, acclamé à ses débuts par la critique, réunit pendant plusieurs années les plus fortes audiences de la chaîne.

Murphy entre dans le monde du cinéma en 2006, avec Running with Scissors, basé sur le best-seller éponyme d’Augusten Burroughs. Il a également réalisé l’adaptation cinématographique de Eat, Pray, Love en 2010 avec Julia Roberts.

La consécration en fredonnant

Le lancement de la série « musicale post-moderne » Glee, consacrée au club de chant d’un lycée, sur la Fox en 2009 consacre Ryan Murphy comme un showrunner de premier plan. Un succès mondial qui puise dans ses souvenirs personnels et lui rapporte de nombreuses récompenses dont le Golden Globe de la Meilleure série télévisée musicale ou comique en 2011. Dans le même temps, le répertoire musical de la série est également devenu une vache à lait qui domine le hit-parade, avec plus de 12 millions d’albums Cast Glee vendus.

La série s’arrête au bout de six saisons après le décès soudain d’une des stars du show, Cory Monteith : « La dernière année devait être centrée sur le couple Rachel/Finn (…) J'avais en tête le plan final, et Cory était dedans, ainsi que la toute dernière réplique de Lea. Quand une telle tragédie nous arrive, tout s’arrête, il faut alors réfléchir pour déterminer comment réagir, et quoi faire par la suite. »

La gloire en frissonnant

Ryan Murphy est aussi le producteur exécutif d’American Horror Story sur FX en 2011, une série d’anthologie horrifique portée par Jessica Lange. « Comme toutes mes séries, American Horror Story est ancrée dans une des obsessions de mon enfance. Deux en réalité : Dark Shadows et un film intitulé Do not Look Now [Ne vous retournez pas, 1973] avec Donald Sutherland et Julie Christie. […] Ma grand-mère me faisait regarder Dark Shadows comme une punition… quand j’avais trois ans […] », confiera-t-il encore à Julia Roberts.

« Aussi, American Horror Story est arrivé à propos parce que je me disais : “Je n’en peux plus d’écrire des beaux discours pour les gamins de Glee sur l’amour, la tolérance et la solidarité. Je vais me tuer”. Alors je me suis dit : “Je vais écrire une série sur le sexe anal et les meurtres de masse.” », dira-t-il encore. Chaque saison bat successivement de nouveaux records d’audience pour la chaîne et la critique applaudit.

Les minorités en se mariant

En 2012, NBC ne diffuse qu’une seule saison de la nouvelle série de Murphy, The New Normal, qui raconte l’histoire d’une famille recomposée composée d’un couple homosexuel et d’une femme qui devient leur mère porteuse. Le showrunner vient d’épouser le photographe David Miller et d’avoir un enfant, grâce à une mère porteuse, Logan Phineas. Le couple aura un second enfant, Ford, en 2014. En mai 2014, il produit le téléfilm The Normal Heart pour HBO sur les débuts de l’épidémie de Sida à New York, qui gagne l’Emmy for Outstanding Television. Ryan Murphy prouve une fois encore « sa capacité à donner une voix aux minorités », comme l’a souligné Ted Sarandos.

La plateforme au tournant

En 2016, il lance une nouvelle série d’anthologie, American Crime Story, toujours sur FX, qui décrit de vraies affaires criminelles. La première saison  The People v. O. J. Simpson est une fois encore, un énorme succès, remportant neuf Emmys et deux Golden Globes. La deuxième saison a débuté en janvier et plonge le spectateur dans le meurtre du couturier italien Gianni Versace.

En 2017, Ryan Murphy a co-créée la série d’anthologie Feud, qui explore les grandes rivalités, comme celle entre Bette Davis et Joan Crawford en saison 1. Les querelles de la vie réelle continueront, en saison 2 avec l’examen de la relation entre la princesse Diana et le prince Charles. Début 2018, les Américains ont pu découvrir sur la Fox, 911, une série médicale sur les interventions des services d’urgence.

Et comme Ryan Murphy ne s’arrête jamais, ses fans attendent sur FX Pose cet été, qui rassemble le plus large casting d’acteurs de la communauté LGBTQ jamais réuni dans une série, mais aussi Ratched, la première série pour Netflix du prolifique créateur où Sarah Paulson reprendra le personnage de Mildred Ratched, l’infirmière de Vol au-dessus d’un nid de coucou. Sans nul doute, le début d’une longue et fructueuse collaboration.