«Dix pour cent»: Comment la série de France 2 est devenue «The place to be» pour les stars françaises

HYPE De saison en saison, la série française s’étoffe de plus en plus de grands noms du cinéma hexagonal…

C.W.
— 
Juliette Binoche dans la saison 2 de «Dix pour cent» sur France 2
Juliette Binoche dans la saison 2 de «Dix pour cent» sur France 2 — Christophe BRACHET - FTV / Mon Voisin Productions -Motherproductions

Jean Dujardin, Isabelle Huppert, Béatrice Dalle, Monica Bellucci… Comme l’a révélé Le Parisien ce lundi matin, la saison 3 de Dix pour cent, dont le tournage commence ce lundi, s’offre un casting 4 étoiles en termes de guest.

En trois ans, la série française diffusée sur France 2 a réussi à imposer son ton et a pris une telle ampleur que tout le gratin du cinéma hexagonal, ou presque, semble désormais désireux de faire partie de l’aventure aux côtés des « récurrents », Camille Cottin, Liliane Rovère ou encore Thibault de Montalembert. Et pourtant, en 2015, tout n’était pas gagné…

>> A lire aussi: « Dix pour cent » a tous les atouts pour devenir le prochain succès français à l’export

Trois refus sur quatre en saison 1

« A peine un acteur sur quatre acceptait », expliquait en 2015 à 20 Minutes Cédric Klapisch, qui signait la direction artistique de la série. « Certains acteurs ont refusé alors qu’on avait déjà écrit des scénarios pour eux, il a fallu réécrire toute une partie », se désolait de son côté Dominique Besnehard, l’agent artistique à l’origine du projet. Sophie Marceau ou encore Gérard Jugnot avait entre autres gentiment décliné la proposition, et Laetitia Casta avait carrément planté le casting.

« Au début, aucun acteur connu n’acceptait de s’engager », développe le réalisateur de L’Auberge espagnole dans le livre Dix pour cent, les dessous d’une série sur le cinéma (éditions de La Martinière). « On devenait tous dingues. Dominique avait sans doute présumé un peu trop vite que les stars allaient accepter facilement juste parce qu’il les connaissait bien. Certains acteurs n’assumaient pas le ton d’autodérision qu’il leur fallait accepter ou étaient gênés de jouer avec leur propre identité, d’autres n’adoraient pas les scénarios. »

Succès et bienveillance

L’audace de rire de soi-même avait tout de même convaincu Cécile de France, Nathalie Baye, Laura Smet, Julie Gayet, Françoise Fabian… Et bien leur en a pris. Niveau audience, la première saison a fait un carton, rassemblant 4,4 millions de téléspectateurs en moyenne. « On a coutume de dire en interne que les guest ont fait venir les téléspectateurs en saison 1, mais que ceux-ci sont revenus en saison 2 pour les récurrents, explique Aurélien Larcher, coproducteur de la série. Les uns attirent, les autres fidélisent. Dix pour cent s’est cependant imposée parce qu’elle met en scène des personnages attachants évoluant au milieu des vedettes. »

Et des vedettes, il y en a eu à nouveau une belle flopée en saison 2 : Fabrice Luchini, Isabelle Adjani, Juliette Binoche, mais aussi Julien Doré et Norman Thavaud… Des personnalités de tous horizons, donc, rassurés par le succès de la série ? Probablement, mais aussi par la bienveillance du programme, qui ne verse jamais dans la méchanceté. « Il y a beaucoup de tendresse pour ce milieu », précise Dominique Besnehard, tel que le rapporte le site de BFMTV. « Il est d’autant plus facile de convaincre les guest que la série n’est pas à charge », ajoute Fanny Rondeau, directrice de la fiction de France 2.

Audace et bienveillance, un cocktail qui a fait ses preuves et séduit désormais le nec plus ultra du cinéma français, à tel point que, bientôt, ne pas participer à Dix pour cent sera peut-être considéré comme la honte suprême… On les voit venir les regrets, Laetitia Casta et tous les frileux du début ?