Défi 77 x «Game of Thrones». J-4: Aurons-nous droit à une fin heureuse?

CHALLENGE Jusqu'au lancement de la saison 7 de «Game of Thrones», le 16 juillet 2017, «20 Minutes» pose une question par jour...

Benjamin Chapon

— 

Le trône de Fer accueillera-t-il un bon ou un mauvais souverain à la fin de Game of Thrones ?
Le trône de Fer accueillera-t-il un bon ou un mauvais souverain à la fin de Game of Thrones ? — HBO/montage 20 Minutes

ATTENTION : Si vous n’avez pas fini de regarder la saison 6 de Game of Thrones, cet article risque fort de vous gâcher les derniers épisodes avec des spoilers malheureux.

A quelques heures (oui, on compte les heures) du début de la saison 7, les fans de Game of Thrones se posent quelques questions naturelles : comment va se passer la rencontre entre Daenerys et Jon ? Cersei va-t-elle pouvoir compter encore longtemps sur Jaime ? Bran va-t-il finir par servir à quelque chose ? Qui Arya va-t-elle assassiner ? Mais si on pense au fait que bientôt, la série s’achèvera, avec la saison 8, on se demande alors : comment tout cela va-t-il finir ? Et surtout : y aura-t-il une happy end ?

>> « 20 Minutes » fait le décompte final avant le début de la saison 7 de « Game of Thrones »

La nature même de la série interroge le concept de fin heureuse. Les seuls moments heureux pour les téléspectateurs sont les morts, si possible douloureuses, des personnages les plus odieux. Game of Thrones questionne notre sadisme, notre humanité… Tout le monde plaisante à l’idée d’une victoire finale des Marcheurs blancs qui anéantiraient l’humanité. Sans aller jusqu’à une pareille extrémité, quelle fin pourrait franchement nous rendre heureux ?

La monarchie de droit divin, c’est une happy end ?

Un mariage de Daenerys et Jon, les personnages les plus positifs de la saga ? Avec une Daenerys qui redevient fertile par magie ? Passons sur le problème moral que soulève le fait qu’ils sont peut-être du même sang. Un couple d’héritiers sur le trône, franchement ? On n’en aura donc jamais fini avec ces vieilles dynasties qui sèment le malheur à Westeros depuis des siècles ?

Certains espèrent tout haut que Tyrion parvienne à s’asseoir sur le trône de fer, par un truchement ou un autre (la blague « un escabeau ? » n’est pas drôle), et à diriger Westeros avec l’empathie, l’intelligence et l’humour qui le caractérise. Pourquoi pas. Mais Tyrion serait détesté de son peuple qui l’assimile à un nabot lubrique, cupide et parricide. Une fin heureuse pour les téléspectateurs mais pas tellement pour le bon peuple des sept couronnes.

Qui d’autre ? Cersei ? Pourquoi pas mais il faudrait que son personnage prenne un sacré virage. Jaime ? Sansa ? Gentils mais tellement ennuyeux. Littlefinger ? Arya ? Restons sérieux.

Forcément insatisfaits

Au-delà de la question du pouvoir suprême, le dénouement de Game of Thrones indiquera le degré de pessimisme de ses créateurs. Bran est censé sauver le monde de ses plus grosses menaces. D’après plusieurs prophéties dans la saga, un ou plusieurs sauveurs ( Azor Ahai, le Prince qui fut promis, l’Epée du matin, l’étalon qui chevauchera le monde…) doivent se révéler. On n’ose croire que George R.R. Martin tombera dans un procédé narratif aussi banal.

>> A lire aussi : «Games of Thrones», la série qui rend sot

Nous sommes coincés entre notre rêve d’une fin heureuse pour nos personnages préférés, et l’envie que les auteurs aillent au bout de leur logique d’un monde sombre et cruel. Tant qu’ils ne tuent pas Hodor, ça ira.

>> Et vous, c’est quoi votre théorie ? Dites-nous vos rêves, vos espoirs, vos doutes, soit en commentaires soit à contribution@20minutes.fr avec « 77xGoT » en objet.

On gardera toutes vos remarques précieusement en attendant le 16 juillet 2017 et le début de la saison 7.