Pourquoi Lille a gagné le «Game of Thrones» des festivals de séries?

SERIES Ce matin s’est tenue la conférence de presse du premier festival international des séries de Lille, dans un contexte de concurrence exacerbée…

Anne Demoulin

— 

Cersei et Jaime Lannister (Lena Headay et Nikolaj Coster-Waldau) dans la saison 7 de «Game of Thrones».
Cersei et Jaime Lannister (Lena Headay et Nikolaj Coster-Waldau) dans la saison 7 de «Game of Thrones». — HBO / Helen Sloan

Series Mania, Cannes Series, Série séries, le Festival international des séries de Lille Hauts-de-France… Comme il n’y a pas de place pour plusieurs festivals de séries en France, ces derniers mois, on a assisté à une sorte de Game of Thrones  des festoches.

Ce matin au Centre national du cinéma (CNC) près du Trocadéro à Paris puis ce jeudi après-midi à Lille, Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France et Frédérique Bredin, présidente du CNC, ont levé le voile sur la première édition du Festival international des séries, organisé à Lille du 20 au 28 avril 2018. A ces jeux de pouvoir, l’alliance entre Xavier Bertrand (LR), président de la région Hauts-de-France et Martine Aubry (PS), maire de Lille, tels Tyrion Lannister et Daenerys Targaryen, semble avoir réussi à placer la capitale des Flandres sur le trône des festivals des séries. Explications.

Lille bénéficie désormais du savoir-faire de Series Mania

Lille dispose d’une infrastructure plus adaptée  pour accueillir un festival international des séries que le Forum des Images à Paris, où se déroule Series Mania. C’est pourquoi la capitale des Flandres a remporté l’appel d’offre lancé par le CNC en mars.

Les équipes de Series Mania, en revanche, du haut de leur 8e édition, bénéficiaient d’un vrai savoir-faire en matière de programmation et d’organisation. Xavier Bertrand et Martine Aubry ont réussi à convaincre Laurence Herszberg, directrice du Forum des images de Paris et créatrice du festival Séries Mania, de devenir la directrice générale du premier Festival international des séries de Lille Hauts-de-France. Sa nomination a été annoncée ce mercredi par nos confrères d’Ecran Total.

« Une partie de l’équipe de Séries Mania, dont le directeur artistique, Frédéric Lavigne, travaillera avec moi sur le festival lillois », a confié Laurence Herszberg à Télérama ce jeudi. Jeffrey Bledfoe directeur de production et Francesco Capurro, directeur du marché suivent également Laurence Herszberg dans son aventure lilloise. « Il faut une équipe expérimentée, mais il y aura aussi le recrutement d’une grosse équipe lilloise », a-t-elle poursuivi. Lille bénéficie donc d’une équipe expérimentée et légitime.

Lille bénéficie de la notoriété du label Series Mania

Chaque maison dans Game of Thrones se fait reconnaître grâce à ses armoiries. « Festival international des séries de Lille Hauts-de-France », cela ne parle à personne, en revanche, « Series Mania » est un label connu des sériesphiles et de la profession. Ce mercredi, Anne Hidalgo, proche de Martine Aubry, maire de Paris et à ce titre, propriétaire de la marque « Séries Mania », a accepté de la céder à Xavier Bertrand.

Pourquoi tant de générosité ? Probablement parce que Paris s’attaque à un plus gros projet, les Jeux Olympiques, « d’une ampleur sans mesure avec Séries Mania », résume Laurence Herszberg. Series Mania Paris va-t-il disparaître ? Pas de réponse claire pour le moment, c’est à la ville de Paris d’en décider.

Canal + sera le partenaire de Lille

David Lisnard, le maire de Cannes, défend la Croisette à la manière de Jon Snow, son Mur. Le maire de Cannes maintient pour l’instant son propre festival de séries, avec l’appui du MIPTV, le soutien de Canal + et à sa tête l’ex-ministre Fleur Pellerin.

Xavier Bertrand s’est entretenu avec les dirigeants de Canal +. Le groupe qui produit Engrenages et Le Bureau des légendes s’est engagé à n’envoyer aucun contenu exclusif sur la Croisette, et d’être aussi partenaire du festival lillois. Une première belle victoire !

Le président de la région Hauts de France, politiquement proche du maire de Cannes, a longuement discuté avec David Lisnard. Il espère bâtir un partenariat. A terme, Cannes pourrait accueillir pendant deux ou trois jours, à l'occasion du MIP, un dédoublement du festival lillois. L’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée et de Françoise Nyssen au ministère de la culture n’a rien changé à la position de l’Etat, qui concentre toutes ses forces sur Lille.

Reste à Xavier Bertrand et Martine Aubry de convaincre Marie Baracco, la créatrice de Série Série à Fontainebleau (77), de ne pas faire cavalier seul comme Arya Stark et de rallier l’équipe lilloise. Un défi difficile, parce que selon les rumeurs, demander à Marie Baracco et Laurence Herszberg de travailler ensemble, c’est un peu comme si on avait demandé à Margaery Tyrell de bosser avec Cercei Lannister ! Pour que cela fonctionne sans trop de frictions, Xavier Bertrand souhaite lui donner autant d’autonomie que possible, en lui confiant la partie séries internationales par exemple.

Huit jours de fête à Lille

Series Mania accueillera une compétition officielle, des invités prestigieux, quelque 60 séries et une centaine de projections. Laurence Herszberg rêve de Jill Soloway, la créatrice de Transparent et I Love Dick, pour présider le jury de la première édition du Festival international des séries.

Dès la première année, un marché européen des talents sera organisé où scénaristes et financeurs pourront se rencontrer. Toute la ville de Lille vibrera au rythme de la fête Series Mania avec des expositions, des concerts, des brocantes, des concours culinaires.

L’accès au festival Series Mania sera gratuit. « Cela ne peut marcher que si nous sommes très implantés, si le festival est en résonance avec la ville de Lille », estime Laurence Herszberg.

La programmation, la communication, les partenariats et la production se feront de Paris, mais la gouvernance, les partenariats locaux, la recherche des publics, la production technique seront gérés par une équipe lilloise. Le festival bénéficie d’ores et déjà d’un budget de 5 millions d’euros : 1 million (CNC), 3,5 millions (la région des Hauts-de-France) et 500.000 euros d’apports privés. Il faut encore renflouer les caisses avec des sponsors. La Banque de Fer de Braavos, c’est le nerf de la guerre !