Toujours plus loin avec le dopage génétique

©2006 20 minutes

— 

José Luis Merino, responsable d'un laboratoire d'analyses impliqué dans un scandale de dopage en Espagne, est sorti de prison dans la nuit de vendredi à samedi après avoir versé une caution de 120.000 euros fixée par un juge pour sa libération, selon des sources judiciaires.
José Luis Merino, responsable d'un laboratoire d'analyses impliqué dans un scandale de dopage en Espagne, est sorti de prison dans la nuit de vendredi à samedi après avoir versé une caution de 120.000 euros fixée par un juge pour sa libération, selon des sources judiciaires. — AFP

Le Tour de France, qui s'élance samedi, sera-t-il à nouveau secoué par des affaires de dopage ? Face à la multiplication des procès, on est en doit de s'interroger sur les méthodes parfois utilisées pour aller toujours plus haut, plus loin, plus fort. Tous les passionnés de sport savent désormais que la nandrolone permet d'augmenter la masse musculaire et donc la puissance, et que l'érythropoïétine (EPO) augmente la production de globules rouges et par conséquent l'endurance. Jusqu'alors, ces substances devaient être injectées ou ingérées pour agir en se substituant à des enzymes ou des hormones produites naturellement, mais en moindre quantité, par l'organisme. Avec les techniques mises au point pour la thérapie génique, on peut désormais se passer de toute injection.

L'équipe de Jeffrey Leiden de l'université de Chicago est ainsi parvenue à insérer, à l'aide d'un virus vecteur, des gènes codant pour l'EPO chez des souris et des singes. Ces animaux sont devenus capables de performances comparables à celles de leurs congénères dopés à l'EPO (injectée). Des expériences similaires ont été menées avec des gènes codant pour des facteurs de croissance et des enzymes respiratoires. Chez l'homme, les essais de thérapie génique restent pour l'instant peu concluants mais il est fort peu probable que le monde du sport ignore longtemps une technique permettant d'augmenter durablement l'endurance ou la force d'un athlète.

Depuis 2003, l'Agence mondiale antidopage a interdit toutes les formes de dopage génétique.

Yaroslav Pigenet