Quand les pigeons font de la gymnastique logarythmique

— 

Un éthologue canadien s’est aperçu que les pigeons«utilisent» spontanément une échelle logarithmique pour évaluer les intervalles de temps. Il a mis ce phénomène en évidence à l’aide d’une expérience au cours de laquelle les pigeons devaient estimer la durée d’un flash. La cage du pigeon était équipée de deux leviers actionnables par le bec. Dans un premier temps, les pigeons ont été entraînés à différencier les durées. Ils ont appris à activer le premier levier lors d’un flash court d’une seconde et le second lors d’un flash long de seize secondes. On a ensuite présenté aux pigeons des flashs de durée intermédiaire. Le chercheur s’est aperçu que les pigeons classent systématiquement comme longs tous les flashs de plus de quatre secondes. Or, si l’on transforme l’échelle linéaire des temps en une échelle logarithmique, quatre secondes est situé juste à mi chemin entre une seconde et seize secondes…

Y. P.