Des scientifiques redonnent vie à des graines gelées depuis 30.000 ans

© 2012 AFP

— 

Des scientifiques russes ont réussi à redonner vie à des graines entreposées il y a 30.000 ans par des écureuils et retrouvées dans le sol gelé de Sibérie et à les faire pousser jusqu'à devenir des plantes bourgeonnantes, révèle une étude publiée mardi aux Etats-Unis.
Des scientifiques russes ont réussi à redonner vie à des graines entreposées il y a 30.000 ans par des écureuils et retrouvées dans le sol gelé de Sibérie et à les faire pousser jusqu'à devenir des plantes bourgeonnantes, révèle une étude publiée mardi aux Etats-Unis. — Saif Dahlah afp.com

Des scientifiques russes ont réussi à redonner vie à des graines entreposées il y a 30.000 ans par des écureuils et retrouvées dans le sol gelé de Sibérie et à les faire pousser jusqu'à devenir des plantes bourgeonnantes, révèle une étude publiée ce mardi aux Etats-Unis.

Ces graines de Silene stenophylla, une plante à fleurs qui pousse en Sibérie, constituent de loin la plante la plus ancienne qui a été ramenée à la vie par des scientifiques, expliquent les chercheurs russes Svetlana Yashina et David Gilichinsky, de l'Académie des sciences russes.

Graines retrouvées dans des terriers d'hibernation d'écureuils

Leur travail, publié mardi dans la revue de l'Académie des sciences américaines, marque une étape capitale dans la recherche sur les matériaux biologiques anciens et pourrait lancer une course pour faire renaître des espèces aujourd'hui disparues. Le précédent record en la matière était la régénération de graines de palmier vieilles de 2.000 ans découvertes dans la forteresse de Masada, près de la Mer morte.

Les deux scientifiques soulignent l'importance du permafrost, le sol en permanence gelé en profondeur des régions arctiques «dans la recherche de patrimoine génétique ancien (...) qui a pu disparaître il y a longtemps de la surface de la Terre».

Les graines en question - et des centaines d'autres de diverses plantes - ont été retrouvées dans des terriers d'hibernation d'écureuils le long du rivage de la rivière Kolyma, en Sibérie.

Datation au radiocarbone

«Ces terriers étaient tous situés à une profondeur de 20 à 40 mètres sous la surface actuelle du sol», soulignent les chercheurs. Le permafrost a dans ces conditions agi comme une espèce de gigantesque congélateur et les graines entreposées par les écureuils ont passé des dizaines de milliers d'années dans cet environnement clos, à une température moyenne de -7°C.

Les scientifiques ont pu faire croître à nouveau ces plantes parce que ces abris ont été recouverts de glace très rapidement et sont ensuite restés «en permanence gelés et (n'ont) jamais fondu».

Dans leur laboratoire, près de Moscou, les deux chercheurs russes ont tenté de faire pousser des plantes à partir de graines matures de Silene stenophylla, mais ont échoué. Ils ont finalement réussi à faire pousser ces plantes en pots, sous une température et une lumière contrôlées, à partir du tissu placentaire de la plante.

De précédentes «régénérations» de plantes très anciennes n'avaient finalement pas été validées par la communauté scientifique, mais Svetlana Yashina et David Gilichinsky se sont assurés de l'ancienneté des graines retrouvées en les datant grâce au radiocarbone, pour exclure une «pollution» par des graines plus récentes.