Une équipe internationale d'astronomes a annoncé jeudi la découverte d'une nouvelle exoplanète potentiellement "habitable", portant à quatre le nombre de ces planètes situées hors de notre système solaire détectées par la communauté scientifique.
Une équipe internationale d'astronomes a annoncé jeudi la découverte d'une nouvelle exoplanète potentiellement "habitable", portant à quatre le nombre de ces planètes situées hors de notre système solaire détectées par la communauté scientifique. — afp.com

Sciences

Découverte d'une quatrième exoplanète potentiellement «habitable»

Une équipe internationale d'astronomes a annoncé ce jeudi la découverte d'une nouvelle exoplanète potentiellement «habitable», portant à quatre le nombre de ces planètes situées hors de notre système solaire détectées par la communauté scientifique.

«Cette planète - rocheuse - est la nouvelle meilleure candidate pour maintenir l'eau liquide à sa surface et peut-être y abriter la vie telle que nous la connaissons», a expliqué Guillem Anglada-Escudé, responsable de cette équipe qui travaillait alors à la Carnegie Institution for Science à Washington.

Masse minimum de 4,5 fois celle de la Terre

Cette planète (GJ 667Cc) est en orbite autour d'une étoile baptisée GJ 667C située à environ 22 années-lumière de la Terre (une année lumière équivaut à 9.460 milliards de km). Elle tourne autour de son étoile en 28 jours environ et a une masse minimum de 4,5 fois celle de la Terre. Cette planète est ainsi environ 50% plus grosse que notre planète.

La planète se trouve dans une orbite qui la place à une distance de son étoile dans «une zone habitable», où les températures ne sont ni trop chaudes ni trop froides, permettant à l'eau de rester à l'état liquide à la surface. Ces chercheurs ont également découvert des indices laissant penser qu'au moins une autre exoplanète et peut-être deux, voire trois, autres sont en orbite autour de la même étoile. Cette étoile appartient à un système stellaire comprenant au total trois étoiles.

Télescopes de l'observatoire Keck à Hawaï

Cette découverte montre que des planètes potentiellement habitables peuvent se former dans une plus grande variété d'environnements qu'on ne le pensait jusqu'alors, notent les auteurs de cette découverte qui doit être publiée dans les Lettres du Journal d'Astrophysique. Le manuscrit sera publié en ligne sur le site arxiv.org/archive/astro-ph.

Les astronomes ont utilisé des données publiques de l'Observatoire européen austral (ESO) au Chili qu'ils ont analysées selon une nouvelle méthode. Ils ont aussi incorporé des mesures effectuées avec les télescopes de l'observatoire Keck à Hawaï.