Le boson de Higgs va-t-il livrer ses secrets?

SCIENCES Le Cern va présenter les derniers résultats dans sa quête de la particule mythique ce mardi...

P.B.
— 
Une vue d'artiste d'un trou noir au centre d'une galaxie naissante
Une vue d'artiste d'un trou noir au centre d'une galaxie naissante — NASA/JPL-CALTECH

La question taraude les scientifiques depuis près de 50 ans. Comment les particules acquièrent-elles leur masse. Pourquoi certaines, comme les photons, en sont dépourvue. Pour –entre autres– expliquer tout cela, le modèle standard de la physique fait appel à une particule, le boson de Higgs, dont l'existence n'était jusqu'ici que théorique. Cela pourrait bientôt changer.

>>A quoi sert le grand accélérateur de particules du Cern? Notre interview à lire ici

Mardi, les scientifiques du Cern, à Genève doivent faire le point sur leur quête du Graal. Une découverte officielle ne sera sans doute pas annoncée. En revanche, les premiers éléments validant l'existence du fameux boson devraient être présentés, selon John Ellis, un ancien du Cern qui se confie à la BBC. «On va entrapercevoir les premiers signes», affirme-t-il.

La grande question, outre celle de son existence, concerne la masse de cette particule. «Elle pourrait être plusieurs centaines de fois supérieur à celle d'un proton, mais c'est peu probable. Elle sera sans doute dans la fourchette basse, spécule-t-il.

Depuis mars 2010, le grand collisionneur de Hadrons fracassent des particules les unes contres les autres pour percer les secrets de l'univers. Trop instable, le supposé boson de Higgs ne peut pas, pour l'instant, être observé directement. Mais les scientifiques espèrent repérer sa signature à travers les particules résiduelles obtenues.