La grippe espagnole d'origine mammifère ?

©2006 20 minutes

— 

La grippe espagnole était-elle vraiment d'origine aviaire ? Contrairement à ce qui avait été annoncé il y a quelques mois, le virus responsable de la pandémie de 1918 proviendrait peut-être de la mutation d'une lignée déjà adaptée aux mammifères. Une découverte qui pourrait amener les experts à réévaluer le risque de pandémie humaine associé aux souches aviaires comme H5N1.

Fin 2005, Jeffery Taubenberger et ses collaborateurs avaient publié dans la revue Nature un article sur le génome du virus de 1918 qui attribuait la violence de la pandémie de grippe espagnole à la brusque adaptation d'une souche aviaire à l'homme. En réexaminant cet article, deux autres équipes ont, indépendamment, interprété les données de manière totalement différente. Pour les Australiens Mark et Adrian Gibbs, et les Américains Antonovics, Hood et Baker, en effet, la comparaison du génome du virus de 1918 avec ceux d'autres souches (humaines, aviaires, porcines ou équines) indique que le virus de 1918 peut aussi bien être issu d'une lignée qui se serait auparavant adaptée au porc, voire à l'homme. Dans une lettre à Nature, Gibbs préconise donc d'étendre aux mammifères la surveillance intensive dont les oiseaux font actuellement l'objet. En outre, Antonovics et ses collaborateurs affirment que l'interprétation erronée, et largement médiatisée, de Taubenberg a contribué à accréditer, de manière injustifiée, l'idée que le H5N1 aviaire était sur le point de déclencher une pandémie humaine.

Yaroslav Pigenet

Répondant aux critiques de Gibbs et d'Antonovics, Taubenberg a reconnu que les données qu'il a publiées ne permettent pas de déduire avec certitude si la souche humaine de 1918 est directement issue de la mutation d'un virus aviaire.