Selon une étude, l'effet des aliments allégés serait contre-productif

Nicolas Bégasse

— 

Une équipe de chercheurs américains de l’université Purdue, dans l’Indiana, a trouvé que les aliments «light» n’aident pas forcément à perdre du poids, et pourraient même être responsables du contraire.

Selon 7sur7.be, qui consacre un article à cette étude, les chercheurs ont découvert que dans les aliments standards, le goût de la graisse ou du sucre «informe le corps de ce qu’il ingurgite et décide de faire chauffer la machine afin de brûler les calories». Un comportement inexistant dans le cas des aliments allégés. Pire, le corps croit alors qu’il n’a pas atteint le «niveau maximum» de graisses et de sucres et pousserait à manger plus.

Expériences sur des rats

«Les goûts (des aliments avec édulcorant, ndlr) alertent le corps qui s’attend alors à recevoir des calories, et quand ces calories ne sont pas présentes, le système devient inefficace et le mécanisme de contrôle de la prise alimentaire devient inefficace», explique le professeur Susan Swithers, citée par 7sur7.be.

Les scientifiques, pour mener à bien leur étude parue dans l’American Psychological Association, se sont appuyés sur des expériences menées sur des rats, décrites par le site belge. Au bout de 28 jours, les cobayes au régime alimentaire fort en graisse ayant ingéré des chips allégées ont pris plus de poids et de graisse que ceux ayant mangé les chips gras.