Le père de la cryogénisation est mort à 92 ans

© 2011 AFP
— 

Robert Ettinger, surnommé le «père de la cryogénisation», ce procédé consistant à congeler le corps d'un défunt en attendant qu'il puisse revivre grâce aux progrès de la science, est mort samedi à l'âge de 92 ans aux Etats-Unis, a-t-on appris lundi auprès de son fils David.

Le corps du fondateur du mouvement cryogénique a été immédiatement congelé dès son décès à l'Institut de Cryogénie de Clintown Township (Michigan) qu'il avait fondé en 1976, a ajouté David Ettinger à l'AFP.

En 1964, Robert Ettinger avait publié le livre L'homme est-il immortel?, édité dans le monde entier et dont de nouvelles versions doivent paraître en Corée du sud, Taïwan ou Chine.

Il développait dans cet ouvrage la thèse selon laquelle «il était alors (en 1964) possible de conserver les corps indéfiniment» de façon à ce qu'un jour «la science médicale puisse réparer les dégâts causés par la maladie et la cryogénisation».

Popularité dès les années 1960

Alors, écrivait-il, «un jour viendra où nos amis du futur pourront nous faire revivre et nous soigner». Robert Ettinger, professeur de physique, avait fait largement connaître son mouvement aux Etats-Unis dans les années 1960 et 1970 en apparaissant dans les grandes émissions de télévision américaines.

Né en 1918, il avait fait la Seconde guerre mondiale en Belgique, au cours de laquelle il avait été gravement blessé. Hospitalisé pendant plusieurs années, il avait eu ses jambes sauvées grâce à des greffes osseuses.

La technique, alors innovante, avait attiré son attention sur les technologies médicales du futur, selon son fils.

Corps plongé dans l'azote liquide

L'Institut de cryogénisation, institut à but non lucratif qui se propose de cryogéniser et conserver les corps, rassemble 900 membres dans le monde entier, avec des associations de soutien en Russie, Australie ou Allemagne, selon l'Institut. 106 corps y reposent.

Il en coûte 28.000 dollars pour être conservé indéfiniment, le corps plongé dans de l'azote liquide.

Robert Ettinger, qui repose aux côtés de sa mère, et de ses deux épouses également cryogénisées, avait également fondé une association dédiée à l'éducation et à la recherche sur la cryogénisation.

Il était l'auteur de plusieurs autres livres non traduits en français, Man Into Superman (1970) et Youniverse (2009).