Un test ADN qui promet de donner une indication sur l'espérance de vie fait débat

SCIENCES Il pourrait bientôt être commercialisé en Grande-Bretagne...

Philippe Berry

— 

Des chromosomes et des télomères, à leur extrémité, impliqués dans le processus du vieillissement.
Des chromosomes et des télomères, à leur extrémité, impliqués dans le processus du vieillissement. — UT Southwestern Medical Center

De notre correspondant à Los Angeles

Pour 500 euros, avez-vous envie de savoir si vous courrez le risque de mourir jeune? Les Britanniques pourraient bientôt faire face à ce dilemme, alors qu'un test mis au point par une société espagnole devrait se retrouver sur le marché d'ici un an, sans prescription, rapporte The Independent. De quoi générer un débat scientifique, éthique et philosophique.

Les télomères, plus c'est long, plus c'est bon

Depuis une dizaine d'années, le phénomène est globalement admis par la communauté scientifique: un raccourcissement des télomères, ce capuchon protecteur situé à l'extrémité de nos chromosomes, est impliqué dans le vieillissement cellulaire. Et plus les télomères raccourcissent, plus on risque d'être victime de maladies dégénératives (cardiovasculaires, Parkinson etc).

Aujourd'hui, Life Length propose un test sanguin permettant de mesurer la longueur des télomères, et notamment de détecter ceux qui sont anormalement courts. Ce laboratoire espagnol du professeur Blasco ne promet pas de donner un chiffre exact du nombre d'années restant, mais de donner une indication de l'âge cellulaire réel.

Selon Life Length, le test permettrait d'offrir une opportunité au patient de changer son style de vie (le raccourcissement des télomères semble être dû aussi bien à des facteurs génétiques qu'environnementaux, comme le stress).

«Pas au point», accusent des scientifiques

Problème, certains chercheurs remettent en cause la fiabilité du test. Carol Greider, co-lauréate du Nobel de médecine en 2009 pour son travail sur le vieillissement cellulaire, affirme que de tels tests ne sont «pas encore au point». Celle qui fut le mentor de Blasco a même refusé de siéger au board de Life Length, estimant que l'entreprise cherchait juste «à faire de l'argent».

Des scientifiques lancent un autre avertissement. A supposer que le test soit fiable –ou le devienne– ses résultats pourraient être détournés, par exemple par une compagnie d'assurance pour refuser de couvrir un patient. Bienvenue à Gattaca.

Passeriez-vous un tel test? Ou préférez-vous vivre dans l'ignorance? Dites-le nous ci-dessous.