Clonage : l’éprouvette passée au crible

© 20 minutes

— 

Le biologiste Woo Suk Hwang n’aurait jamais obtenu la moindre cellule souche clonée à partir de patients humains. Selon le comité de l’Université national de Séoul, les recherches du Sud-Coréen auraient été en partie falsifiées : « Nous avons découvert que Hwang et son équipe n’ont aucune donnée scientifique pour prouver qu’ils ont bien produit des lignées de cellules souches correspondant spécifiquement à l’ADN d’une personne », ont ainsi déclaré les experts. Ce rapport pourrait remettre en cause l’avenir du clonage thérapeutique humain, notamment aux Etats-Unis où le président Bush et la droite religieuse s’opposent à ces recherches. En février 2004, puis en mai 2005, Hwang et une quarantaine de coauteurs publiaient dans Science deux articles décrivant une technique révolutionnaire de clonage des cellules humaines. Considérés comme une percée scientifique majeure, ces travaux ouvraient la voie à l’utilisation de cellules souches à des fins thérapeutiques. Auréolé de ce succès, Hwang avait été nommé dès octobre 2005 à la tête d’un réseau scientifique international lancé par la Corée du Sud pour promouvoir l’avancée des recherches. Il était même pressenti pour le prix Nobel. Depuis, Hwang a dû faire face à des accusations de plus en plus graves sur la rigueur et l’honnêteté de ses travaux. Bien que déjà désavoué par trois de ses coauteurs de recherches, Hwang se défend toujours de toute accusation de fraude. La revue Science a indiqué qu’il ne faisait « aucun doute » que l’article devait être retiré, ce qui devrait être fait prochainement.

rapport Les experts scientifiques nommés par l’université de Séoul pour enquêter sur le déroulement des recherches au sein du laboratoire du professeur Hwang remettront leur rapport final à la mi-janvier.