Un nouveau procédé d'imagerie laser pour tirer le portrait d'un virus intact

© 2011 AFP

— 

Un nouveau procédé d'imagerie utilisant des flash laser ultracourts et ultrapuissants permet d'obtenir l'image d'un virus intact sans avoir besoin de préparations spéciales, comme la congélation, selon des études publiées mercredi par la revue scientifique Nature.

Les biologistes ont longtemps rêvé de pouvoir capter l'image d'un virus, d'une bactérie, sans devoir les couper, congeler ou marquer avec des métaux, comme c'est nécessaire avec la microscopie électronique, souligne dans un communiqué le Professeur Janos Hajdu de l'Université d'Uppsala (Suède).

"Nos études montrent que c'est réellement possible de créer des images grâce à des impulsions laser à rayons X extrêmement intenses et ultracourtes, ajoute-t-il.

L'impulsion ne dure que 70 femtosecondes (70 millionièmes de milliardième de seconde). "Toute l'énergie envoyée sur la cible est ainsi concentrée en un temps extrêmement court, ce qui permet d'obtenir une image avant l'explosion de l'échantillon", précise le Centre national français de la recherche scientifique (CNRS).

Deux expériences rapportées dans Nature ont permis de tester ce procédé sur le Mimivirus, le plus gros virus connu découvert en 2003 par un laboratoire de Marseille (France) dans des prélèvements vieux de onze ans, et pour déterminer la structure en trois dimensions de protéines d'une bactérie utilisant la photosynthèse pour produire de l'énergie.

Des chercheurs de 21 laboratoires ont été associés aux travaux ayant permis de reconvertir l'accélérateur de particules de Stanford (SLAC) en un gigantesque appareil de radiologie.

Le laser de cet instrument (LCLS : Linac Coherent Light Sources) va permettre d'étudier la surface mais aussi l'intérieur des virus et autres objets biologiques puisque les rayons X traversent les échantillons, souligne le CNRS, qui parle "d'avancée historique".