Hubble détècte l'une des premières galaxies du passé

© 2011 AFP

— 

Le télescope spatial Hubble a permis de découvrir à une distance-record une galaxie qui aurait existé dans l'enfance de l'univers, seulement 480 millions d'années après le Big Bang, selon une étude publiée mercredi qui laisse entrevoir le passé lointain du cosmos.La lueur de la galaxie repérée dans l'infrarouge par Hubble aurait été émise voici 13,2 milliards d'années. Elle aurait existé alors que l'univers n'avait que 4% de son âge actuel, précisent Rychard Bouwens (Université de Californie) et son équipe. Il s'agirait de la plus ancienne et la plus lointaine galaxie jamais observée.

Prudents, les astronomes parlent de leur découverte au conditionnel. «Ce résultat est à la limite de nos possibilités, mais nous avons passé des mois pour faire des tests afin de le confirmer et nous sommes maintenant assez sûrs de nous», relève le professeur Garth Illingworth, un des co-auteurs de l'étude. «Nous remontons tout près de l'époque des premières galaxies, qui se seraient formées quelque 200 à 300 millions d'années après le Big Bang», ajoute-t-il dans un communiqué de l'Université de Californie.

Remontée dans le passé

Regarder loin dans l'espace, c'est entrevoir le passé. Captés par nos télescopes après avoir voyagé à la vitesse de la lumière (300.000 km/seconde) pendant plus de 13 milliards d'années, les rayons ultraviolets émis par les premières générations de galaxies nous renseignent sur l'enfance de l'univers

Avec l'expansion de l'univers, les galaxies s'éloignent les unes des autres et les rayonnements qu'elles émettent voient leur longueur d'onde s'allonger. Ce décalage vers le rouge («redshift») sert d'étalon pour mesurer la longueur du voyage de la lumière. Plus il dure longtemps, plus le «redshift» est grand.Voici un an avait été annoncée la découverte par Hubble de galaxies de «redshift» 8, s'étant formées environ 650 millions d'années après le Big Bang.

Aller plus loin en 2014

Une équipe d'astronomes français et britanniques avait pu confirmer, en octobre, que l'une d'elles (redshift = 8,6) était «l'objet le plus lointain dans l'univers, jamais observé jusqu'à présent». En observant le ciel profond avec la caméra grand champ du télescope Hubble, les astronomes sont remontés encore plus loin dans le passé, selon l'étude publiée mercredi par la revue scientifique britannique Nature.

D'après Rychard Bouwens et son équipe, la lumière captée par Hubble aurait un décalage vers le rouge de 10,3, ce qui signifie qu'elle aurait été émise par une galaxie seulement 480 millions d'années après la naissance de l'univers. Les astronomes ont relevé des changements importants durant la période s'écoulant de 480 millions à 650 millions d'années après le Big Bang. En l'espace de 170 millions d'années, le taux de formation d'étoiles a décuplé, «c'est une hausse surprenante dans une si courte période», relève M. Illingworth.

Pour percer les secrets d'un plus lointain passé, les astronomes estiment qu'ils devront attendre le lancement, prévu en 2014, du télescope spatial James Webb. La vérification de l'âge de plus ancienne galaxie que vient de découvrir Hubble nécessitera aussi l'installation de nouveaux instruments au sol. Cela serait au delà des possibilités du Very Large Telescope (VLT) du Chili, selon Nicole Nesvadba (Université Paris-sud) de l'équipe ayant confirmé en octobre l'âge-record d'une des galaxies détectées par Hubble.