Trois fusées différentes pour l’Agence spatiale européenne en 2011

© 2011 AFP

— 

L'année 2011 sera celle des lanceurs pour l'Agence spatiale européenne (ESA) qui va disposer de trois fusées différentes, Ariane, Soyouz et Vega, sur la base guyanaise de Kourou, une «révolution» pour l'Europe, a déclaré vendredi son directeur général, Jean-Jacques Dordain.

«C'est une révolution» pour l'Europe, une «augmentation fantastique des capacités d'accès à l'espace à partir du Centre spatial guyanais (CSG)», mais cela va aussi «comporter des contraintes auxquelles nous ne sommes pas habitués» pour apprendre à gérer l'exploitation de ces trois lanceurs en même temps, a-t-il relevé lors d'une conférence de presse.

Premier lancement de la fusée Vega en septembre

Le nouveau pas de tir pour le lanceur russe Soyouz doit être «mis à disposition d'Arianespace en avril», en prévision du lancement par Soyouz du premier satellite du système de navigation européen Galileo en août, a précisé Jean-Jacques Dordain.
Quant à la fusée Vega, au terme d'essais devant s'achever en juin, elle devrait pouvoir effectuer un premier lancement en septembre.

L'Europe de l'espace possédera ainsi une gamme complète de lanceurs: de la fusée Ariane 5, qui peut mettre en orbite des charges jusqu'à 9,5 tonnes, à Soyouz (3 tonnes) et Vega (1,5 tonne en orbite basse).

Si 2011 doit devenir l'année des «lanceurs», 2010 a été «une année extraordinaire du point de vue scientifique», avec des résultats «au-delà des espérances» pour les satellites d'étude du cosmos Herschell et Planck, a résumé Jean-Jacques Dordain.

844 millions d’euros consacrés à l’observation de la Terre

Une grande importance est également donnée à l'observation de la Terre (cycle de l'eau, gravité, circulation océanique, climat) avec les trois satellites SMOS, Goce et Cryosat, lancés en 2009 et 2010.

En 2011, sur un budget total de près de 4 milliards d'euros, l'ESA doit consacrer 844 millions (21% du total) à l'observation de la Terre. Deux autres importants postes budgétaires concernent la navigation (programme Galileo) avec 666 millions d'euros et les lanceurs (612 millions, 15,5% du budget total). Près de 75% du budget de l'ESA provient des Etats membres et 19,5% de l'Union européenne.

Au programme de l'année 2011 figure aussi le lancement le 15 février du deuxième vaisseau ravitailleur européen, l'ATV Johannes Kepler, destiné à rejoindre la station spatiale internationale (ISS) le 26 février.