La grotte de Lascaux "se porte bien", selon Yves Coppens

© 2010 AFP

— 

La grotte de Lascaux se porte bien et aucune intervention n'est nécessaire dans l'immédiat, a indiqué mardi le paléoanthropologue Yves Coppens, président du conseil scientifique international du site, à l'issue d'une réunion à Paris.

"La grotte se porte bien" et les "taches noires" provoquées par un champignon qui sont apparues en certains points de la grotte voici quelques années "sont en régression", a déclaré Yves Coppens lors d'une conférence de presse.

"On est contents mais vigilants, et aussi inquiets" de voir que ces taches diminuent sans savoir pourquoi, a-t-il précisé.

Les champignons blancs qui menaçaient les peintures et gravures, datant de 18.000 ans, au début des années 2000 "ont quasiment disparu" et l'autre champignon responsable des taches noires est désormais connu et identifié, a ajouté Thierry Heulin, microbiologiste qui fait partie du conseil.

Si les scientifiques disposent désormais de "quelques éléments pour agir sur eux", le conseil estime qu'aucun traitement n'est nécessaire dans l'immédiat, soulignant que les peintures ne sont pas altérées.

"On est un certain nombre (au conseil, 14 membres au total) à penser qu'il faut observer et étudier" ce phénomène, et "même à plus long terme caractériser tout l'écosystème de la grotte", extrêmement complexe, selon Thierry Heulin.

Des simulations sont également en cours pour pouvoir anticiper et "savoir quoi faire en cas de crise", a insisté Yves Coppens.

Si la grotte se porte bien, "à partir du moment où elle est fermée au public", cela génère "des suspicions", a-t-il relevé, déplorant des inquiétudes injustifiées de la part de certains et une "opinion qui est parfois très agaçante".

Pour y remédier, Yves Coppens a souhaité qu'un petit nombre de journalistes, quatre ou cinq à la fois, puisse visiter la grotte deux fois par an "pour qu'il y ait d'autres témoignages que les nôtres" sur la santé de Lascaux.

Située sur la commune de Montignac, en Dordogne, et fermée au grand public depuis 1963, après l'apparition d'algues vertes, cette grotte inscrite au patrimoine mondial par l'Unesco a été victime depuis le début des années 2000 de la prolifération de champignons, provoquant l'apparition sur les parois de taches blanches, puis de taches noires.