20 Minutes : Actualités et infos en direct
espaceRolls-Royce cherche à apporter de l’énergie nucléaire sur la Lune

Rolls-Royce présente un mini-réacteur qui pourrait apporter de l’énergie nucléaire sur la Lune

espaceRolls-Royce a reçu un soutien financier de 3,5 millions d’euros pour ce projet
La Lune, le satellite de la terre, le 18 août 2022.
La Lune, le satellite de la terre, le 18 août 2022. - FRASER GRAY/SIPA / SIPA
20 Minutes avec agence

20 Minutes avec agence

Le constructeur automobile Rolls-Royce, devenu acteur dans la fourniture de biens pour les forces armées, joue aussi un rôle dans le secteur aérospatial, qui représente désormais plus de la moitié de son chiffre d’affaires. Impliqué dans le programme de la Nasa dédié au retour sur la Lune, Rolls-Royce s’engage à apporter son expertise pour établir des futures bases permanentes sur notre satellite.

Dans cette perspective, la société travaille actuellement sur un projet innovant : un réacteur nucléaire miniature capable de fournir de l’énergie à ces futures bases lunaires et aux vaisseaux spatiaux, rapporte Interesting Engineering, relayé par Geo. Baptisé « Space Micro-Reactor », ce prototype a été dévoilé lors de l’UK Space Conference à Belfast début décembre.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Un fonctionnement par fission nucléaire

La Lune, en particulier son pôle sud, a attiré l’attention de la Nasa en raison de ses caractéristiques uniques. La zone est en effet restée dans l’obscurité pendant des milliards d’années. Identifiée comme un site propice pour le premier avant-poste lunaire, cette région offre également un potentiel considérable en termes de dépôts d’eau. Une ressource cruciale pour la survie des astronautes et la réalisation d’opérations à long terme.

Face à ces défis, Rolls-Royce a reçu un soutien financier de 2,9 millions de livres sterling, soit 3,5 millions d’euros, de l’Agence spatiale britannique, membre de l’Agence spatiale européenne. Ces fonds ont permis la création d’un prototype d’un mètre de large sur trois mètres de long, fonctionnant grâce à la fission nucléaire, similaire au processus des centrales nucléaires terrestres.

Toujours à l’état de prototype, le réacteur pourrait potentiellement être opérationnel dans les six prochaines années, sous réserve d’investissements et d’efficacité lors des expérimentations à venir. « Cette recherche innovante, menée par Rolls-Royce, pourrait jeter les bases d’une présence humaine continue sur la Lune », a assuré Paul Bate, directeur général de l’Agence spatiale britannique, dans un communiqué officiel.

Sujets liés