20 Minutes : Actualités et infos en direct
PALEONTOLOGIEUn cerveau vieux de 525 millions d’années révèle ses secrets

Des chercheurs ont étudié le cerveau le plus ancien du monde, vieux de 525 millions d’années

PALEONTOLOGIELes chercheurs ont découvert que la structure de ce cerveau était identique à celle des animaux actuels proches de cette espèce
Jusqu’à maintenant, les scientifiques pensaient que les cerveaux ne se fossilisaient pas. (Illustration)
Jusqu’à maintenant, les scientifiques pensaient que les cerveaux ne se fossilisaient pas. (Illustration) - M.Libert / 20 Minutes / M.Libert / 20 Minutes
20 Minutes avec agences

20 Minutes avec agences

Quatre paléontologues ont étudié le plus ancien cerveau d’être vivant découvert à ce jour. Il s’agit du cerveau d’un lobopodien, invertébré vivant dans les fonds marins, ayant vécu il y a 525 millions d’années, rapporte Numerama.

L’étude des chercheurs a été publiée le 24 novembre dans la revue Science. Jusqu’à maintenant, les scientifiques pensaient que les cerveaux ne se fossilisaient pas. « On ne s’attendait donc pas à trouver un fossile dont le cerveau était préservé », explique Frank Hirth, coauteur de l’étude. « Cet animal est si petit qu’on n’oserait même pas le regarder dans l’espoir d’y trouver un cerveau. »

Un cerveau quasi identique à celui d’aujourd’hui

En effet, l’animal dont le cerveau a été étudié ne mesure que 1,5 cm de long… Pour cartographier son cerveau sans l’endommager, les paléontologues ont dû rivaliser d’imagination car la radiographie était hors de question. Le cerveau a donc été photographié à plusieurs reprises avec des appareils à haute résolution.

Les images ont ensuite été superposées afin de filtrer toutes les longueurs d’onde et produire ainsi une cartographie fidèle et précise de l’organe. L’un des enseignements majeurs de cette étude est que la structure comprenant le cerveau et le système nerveux de cet animal n’a presque pas changé en 525 millions d’années.



« Nous avons identifié une signature commune à tous les cerveaux et à leur mode de formation », explique Frank Hirth, cité par Numerama. « Nous avons réalisé que chaque domaine du cerveau [est] spécifié par la même combinaison de gènes, quelle que soit l’espèce étudiée. Cela permet d’identifier un plan de base génétique commun pour la fabrication d’un cerveau. »







Sujets liés